Société

Les ventes de tests de grossesse explosent suite au confinement

Image par Julia Fiedler de Pixabay

Le confinement change l’habitude des gens. Une étude récente souligne l’explosion des ventes de tests de grossesse. Faudrait-il s’attendre à un baby-boom ?

Le groupe Nielsen s’est penché sur la vie des Français depuis le confinement. Une étude relayée par LSA, l’Observatoire des ventes de la grande distribution, souligne une croissance spectaculaire des ventes de test de grossesse. Pendant ce temps, les consommateurs ont acheté moins de préservatifs.

Tests de grossesse : un boom de 37%

Avant le confinement, les ventes de ces deux articles augmentaient régulièrement. Puis, la tendance s’est inversée, l’achat de préservatif a diminué, atteignant une chute de 26% après 8 semaines de confinement. En revanche, les femmes continuent à acheter des tests de grossesse. La croissance des ventes affichait ainsi 37% le 19 avril.

Le confinement a influencé la vie des couples. Certains ont choisi de vivre ensemble tandis que d’autres ont accepté de ne pas se voir fréquemment. Dans les deux cas, l’utilisation de condom a chuté. Néanmoins, le boom des tests de grossesse ne se traduira pas automatiquement par une augmentation spectaculaire des naissances.

Les troubles hormonaux se multiplient

L’achat d’un test de grossesse ne signifie pas toujours que la femme souhaite avoir un enfant. Un sondage effectué sur Twitter par Ovidie montre une augmentation des troubles menstruels. Ainsi, 16% des participantes n’ont pas eu leur règle début avril tandis que 40% avaient constaté une variation au niveau du calendrier ou de la durée.

D’autres effectuent un test pour éviter de dépasser les délais d’IVG. Cependant, le gouvernement a assoupli les conditions d’avortement en cette période de crise sanitaire. Les médecins peuvent ainsi effectuer une aspiration au-delà des 12 semaines légales.  

Les préservatifs servent à autre chose

Les gestes barrières permettent de limiter la propagation du virus.  Certaines personnes vont plus loin, elles enfilent des condoms sur leurs doigts avant de manipuler les poignées, les boutons d’ascenseur et les digicodes.

Mieux vaut prévenir que guérir, se protéger contre le Covid-19 reste nécessaire !

Source : BFM TV

Signaler une erreur