Société

Fraude sociale : Il perçoit plus de 18 000 euros de Pôle Emploi alors qu’il vit en Turquie

Il fraude Pôle Emploi en touchant des allocations alors qu'il vit en Turquie.
Pour l'avocat de Pôle Emploi, le prévenu a sciemment fraudé l'organisme.

Un homme de 26 ans a perçu plusieurs milliers d'euros de la part de Pôle Emploi, alors qu'il ne résidait plus en France. Une somme qu'il va devoir rembourser.

Un jeune homme a été condamné ce jeudi par le tribunal judiciaire d’Alençon (Orne) pour avoir perçu illégalement des indemnités chômage.

Alors qu’il ne vivait plus en France, mais en Turquie, le chômeur a touché près de 19 000 euros. Une somme qu’il va devoir rembourser en intégralité.

Le fraudeur trahit par son compte Facebook

La fraude aux aides sociales s’est déroulée entre novembre 2016 et septembre 2018, comme le rapporte L’Orne Hebdo. Durant toute cette période, l’homme a réalisé plusieurs allers-retours entre la France et la Turquie, comme il l’a précisé lors de son audience.

« Je suis parti en Turquie en juin 2016 pour me marier. Je cherchais du travail en Turquie mais je faisais plusieurs allers-retours en France »,

a affirmé l’accusé.

Des affirmations qui n’ont pas convaincu les juges. En consultant son compte Facebook, les magistrats se sont en effet aperçus que le chômeur résidait bien en Turquie.

Au total, l’accusé a touché 18 400 euros de la part de Pôle Emploi. Le tribunal judiciaire d’Alençon l’a condamné à 4 mois de prison avec sursis. Le fraudeur va également devoir rembourser l’organisme public.

Des remboursements de 100 euros par mois à Pôle Emploi

L’accusé, qui est revenu vivre dans l’Orne depuis maintenant 8 mois, a retrouvé du travail comme maçon. Il a « spontanément » proposé lors de l’audience de rembourser Pôle Emploi en versant 100 euros par mois.

Pour l’avocat de Pôle Emploi, il s’agit d’une somme « insuffisante« . D’après lui, le prévenu avait bel et bien la volonté de frauder l’organisme en s’inscrivant à Pôle Emploi plusieurs mois après son départ de France.

Des accusations réfutées par l’avocat du prévenu, qui affirme que son client a agir par « ignorance du mécanisme » de Pôle Emploi.

Le tribunal n’a pas souhaité retenir le préjudice moral au bénéfice de Pôle Emploi. Les juges ont simplement condamné le fraudeur à une peine de sursis et au remboursement de la somme perçue illégalement.

Signaler une erreur