Santé

Rentrée scolaire et coronavirus : que se passe-t-il si un cas est détecté à l’école ?

Ecole et coronavirus : que se passe-t-il en cas de cas positif ?
Le ministère de l'Education a élaboré une procédure à suivre en cas de cas positif au sein d'une école.
3 Partages

Que se passe-t-il lorsqu'un élève ou un membre du personnel est diagnostiqué positif au coronavirus ? Le ministère de l'Education nationale a élaboré une procédure permettant de limiter les risques de propagation du virus.

à découvrir

Ce mardi 1er septembre, 12,4 millions d’élèves ont fait leur rentrée. Un retour sur les bancs de l’école qui se fait dans un contexte inédit : une pandémie de coronavirus.

Afin de garantir aux élèves et aux enseignants un retour en classe en toute sécurité, le gouvernement a déployé un « cadre sanitaire strict », d’après Jean-Michel Blanquer.

Toutefois, l’exécutif a également dû réfléchir à un protocole en cas de détection d’un cas positif au coronavirus à l’école.

Seule la personne présentant des symptômes est isolée, dans l’attente de l’avis médical

Une FAQ du ministère de l’Education (document PDF) précise la marche à suivre si une personne présente des symptômes assimilés à ceux du Covid-19. Qu’il s’agisse d’un élève ou bien d’un membre du personnel scolaire, cette personne doit immédiatement « consulter le médecin traitant ou la plateforme Covid-19 qui décide de l’opportunité et des modalités de dépistage le cas échéant ».

« Si quelqu’un a les symptômes, on l’isole », souligne également le ministre de l’Education, sur BFMTV. Si cette personne se trouve être un enfant, ses responsables légaux doivent être prévenus.

« Dans l’attente de l’avis médical, les activités scolaires de l’école ou de l’établissement se poursuivent en respectant avec attention les mesures du protocole sanitaire »,

peut-on lire sur le PDF du ministère de l’Education.

Le directeur d’établissement doit par la suite s’assurer des résultats d’un potentiel test pratiqué sur la personne isolée. Globalement, la personne suspectée d’avoir contracté le Covid-19 ne peut revenir à l’école qu’après 14 jours de quarantaine.

« Les parents d’élèves jouent un rôle essentiel », souligne le ministère de l’Education. Il est en effet demandé aux responsables légaux des écoliers de s’engager « à ne pas mettre leurs enfants à l’école, au collège ou au lycée en cas de fièvre (38 °C ou plus) ou en cas d’apparition de symptômes évoquant le Covid-19 chez l’élève ou dans sa famille ».

Que se passe-t-il en cas de test positif au Covid-19 ?

La FAQ du ministère de l’Education explique que la personne positive au coronavirus « ne doit pas se rendre à l’école avant le délai défini par son médecin ».

« La personne est isolée tant qu’on n’a pas les résultats, si elle est testée positive, alors on contacte tous les cas contacts qui sont identifiés », précise de son côté Jean-Michel Blanquer.

Le directeur d’école doit alors établir une liste de contacts qui comprend « les personnes, élèves ou personnels, susceptibles d’être contacts à risque au sein de l’école ou de l’établissement scolaire ».

Cette liste, transmise à l’Agence Régionale de Santé, va permettre de faire le tri entre les personnes considérées comme « contact à risque » et les autres. Seules les dernières pourront retourner à l’école. Les autres devront rester isolées, le temps de subir un dépistage.

Enfin, si les autorités sanitaires le jugent nécessaire, l’établissement considéré « à risque » pourra fermer quelques jours. « À chaque fois on s’en remet aux autorités sanitaires pour juger de la proportion des choses », souligne Jean-Michel Blanquer.


Signaler une erreur