Police et Justice

Le « docteur à la flûte magique » propose son remède miracle à ses patientes, la télévision s’en mêle !


En Italie, un gynécologue de renom a affirmé qu’il pouvait guérir les femmes du papillomavirus en ayant des rapports avec lui. Cependant, une patiente qui doutait de ce genre de procédé a décidé de contacter un programme d’investigation. Dès lors, il s’est trouvé en mauvaise posture mettant en cause son professionnalisme.

Il s’agit là d’une sordide histoire qui a secoué l’Italie ces derniers jours. En effet, le gynécologue Giovanni Miniello âgé de 60 ans a fait parler de lui à cause de ces pratiques douteuses. Compte tenu de sa profession, il consultait quotidiennement des femmes. Au fil des années, il avait ainsi eu l’idée de proposer à celles qui n’arrivaient pas à avoir d’enfant de coucher avec lui.

L’individu surnommé « docteur à la flûte magique » agissait d’une façon plutôt inhabituelle pour un professionnel. Dans un premier temps, il affirmait à ses patientes qu’elles avaient le papillomavirus humain (PVH), une maladie qui peut provoquer le cancer rapporte The Sun UK. C’est la raison pour laquelle elles ne peuvent pas tomber enceintes. Afin d’y remédier, le gynécologue propose à ces dernières d’avoir des relations avec lui.

Choquée par cette proposition indécente, Anna Maria a décidé de contacter le journal italien La Repubblica et le programme d’information d’investigation « Le Lene ».

Giovanni Miniello
Credit: Newsflash

À lire aussi : Interdits de tablettes et de télévision, ses enfants développent une passion pour la lecture

« Le Lene », une émission d’investigation piège le gynécologue

Tout porte à croire que le spécialiste profitait de sa notoriété et de la faiblesse de ses patientes pour tenter d’assouvir ses pulsions. En effet, il est plutôt rare que les professionnels de la santé agissent de cette manière. En tout cas, Giovanni Miniello avait affirmé à ses femmes désespérées qu’il pouvait les guérir du PVH grâce à son membre, d’où son surnom.

L’homme assure être vacciné et selon ses dires, il pouvait transmettre une immunité à ses patientes grâce à « sa flûte magique ». Malgré des résultats de test négatif au PVH, il prétendait le contraire afin de profiter de ses femmes désespérées. Anna Maria confirme à la presse italienne qu’elle aurait même subie des attouchements non consentis.

Consciente que le gynécologue voulait juste profité d’elle, la victime âgée de 33 ans s’est plainte auprès du programme d’information d’investigation. Dès lors, « Le Lene » a ouvert une enquête pour apporter des preuves irréfutables aux accusations de la jeune femme.

« Le Lene » a donc engagé une comédienne pour jouer le rôle d’une patiente. Elle s’est ainsi présentée au cabinet de Giovanni Miniello à Bari. Devant le spécialiste filmé en caméra cachée, l’actrice lui a confié qu’elle avait des « pertes blanches » au niveau du col de l’utérus. Comme il fallait s’y attendre, le « docteur à la flûte magique » lui a proposé son remède miracle.

gynécologue
Credit: Newsflash

Dans la foulée, le gynécologue avait proposé un rendez-vous dans une chambre d’hôtel à sa supposée victime. De toute évidence, il était tombé dans le panneau. Arrivé sur les lieux, le spécialiste tentait toujours de persuader l’actrice qu’il pouvait la guérir. De plus, il lui avait dit qu’elle ne recevrait pas d’anticorps s’ils avaient un rapport protégé. Alors qu’il était à moitié à poil, l’équipe était intervenue. Le programme d’information d’investigation détenait ainsi les preuves dont ils voulaient et ils avaient diffusé la vidéo à la télévision.

Giovanni Miniello chambre
Credit: Newsflash

« Je fais cela pour mes études »

Inévitablement, le gynécologue Giovanni Miniello avait suscité de vives réactions en Italie. Ainsi, il s’était radié de l’Ordre des médecins de Bari et du registre professionnel. Par l’intermédiaire de ses avocats, il avait déclaré :

« Je fais cela pour mes études et pour les autres personnes que j’ai sauvées (…) Moi, qui ai traité avec succès des centaines de femmes pendant plus de 40 ans… n’ai proposé qu’un traitement alternatif qui a donné des résultats »

Selon ses propos, il laissait toujours « une liberté de choix absolue » à ses patientes. Il se dit également victime d’un procès médiatique. Malgré tout, 15 autres femmes se sont manifestées depuis la diffusion de la vidéo, selon The Sun UK. Depuis, le procureur de la République de Bari a ouvert une enquête pour mettre fin à ce genre de procédé dans le domaine de la santé.

Signaler une erreur