Police et Justice

Tahiti : Un instituteur condamné pour avoir pété dans la bouche de ses élèves de CM1


Un ancien enseignant de l'école Vaiaha (Tahiti) comparaissait devant le tribunal correctionnel. Le professeur était jugé pour avoir infligé des sévices physiques et psychologiques à ses élèves de CM1. Il a été condamné.

On parle de :

À lire aussi : Ses camarades harcèlent un garçon habillé en rose: Son instituteur le défend d’une très belle façon !

Ce mardi 08 septembre, la justice a condamné Massimo Raveino, ancien enseignant. L’homme était jugé pour avoir maltraité des écoliers de CM1. Des élèves à qui il a infligé de nombreux sévices physiques et psychologiques, particulièrement humiliants.

Un témoignage d’une ancienne élève traumatisée en déclenche des centaines d’autres sur la Toile

Le premier signalement de violence remonte à 1993. Cette année-là, l’un des élèves de Massimo Raveino bénéficie de 6 jours d’ITT en raison d’ecchymoses. En 2003, un second élève de l’enseignant se voit également prescrire une interruption temporaire de travail, pour des faits similaires.

Massimo Raveino reçoit alors deux avertissements de l’administration pour « faute grave et déni ». L’enseignant est muté. Lors de son arrivée à l’école Vaiaha (Tahiti) en 2013, le directeur de l’établissement est prévenu par l’une de ses consoeurs : le professeur « n’est pas un cadeau ».

C’est le témoignage de l’une des anciennes élèves de Massimo Raveino qui a conduit ce dernier a être jugé. Aujourd’hui âgée de 30 ans, la jeune femme encore traumatisée raconte les sévices que l’instituteur leur faisait subir.

Des sévices psychologiques et physiques, qui consistaient à cracher et péter dans la bouche des élèves. Mais ce n’est pas tout, Massimo Raveino les incitait à se battre entre eux, les mettait à genoux dans la classe et les affublait de surnoms humiliants.

L’homme, également responsable du département technique d’arbitrage à la Fédération Tahitienne de Football, a fait l’objet d’un signalement en 2020. Il est accusé d’avoir tenté d’étrangler un jeune en formation.

Pour échapper à son procès, Massimo Raveino assure être positif au coronavirus

A l’ouverture de son procès ce mercredi 08 septembre, l’instituteur était absent. L’homme prétendait avoir contracté le Covid-19 et se trouver en isolement strict. Mais après vérification de la cour, il s’est avéré que Massimo Raveino avait été testé négatif.

Un mandat d’arrêt a été délivré et les gendarmes se sont rendus à son domicile. L’enseignant était en réalité en ville, où il a été interpellé pour être conduit au tribunal. L’audience commencera avec deux heures de retard.

Avant que le tribunal ne prononce sa sentence, l’instituteur a exprimé des regrets à la barre. Il a présenté ses excuses « à mes élèves, leurs parents, à l’administration et à l’équipe de l’école. » Massimo Raveino a écopé de 4 ans de prison dont 2 avec sursis. Il fait également l’objet d’un mandat de dépôt et n’a définitivement plus le droit d’exercer une activité au contact de mineurs.

En outre, le directeur de l’établissement dans lequel exerçait l’enseignant a été condamné à 4 mois de prison avec sursis. L’Etat a également été condamné à verser 300.000 Fcp de dommages et intérêts à chacun des 21 enfants parties civiles.

Pour ne rien manquer de nos actualités, abonnez-vous à notre newsletter !

Signaler une erreur