Police et Justice

Ils créent de faux profils pour traquer les prédateurs d’enfants sur les réseaux sociaux

Echanges sur les réseaux sociaux entre des prédateurs de mineures et des traqueurs.
Les prédateurs n'hésitent pas à formuler des propositions indécentes aux mineures. Crédits : Facebook Konbini.
1 Partage

Sur les réseaux sociaux, la "Team Moore" regroupe une cinquantaine d'internautes qui traquent les pédophiles. L'un d'entre eux a partagé les messages ignobles qu'il reçoit pour mettre en garde les parents et interpeller le gouvernement.

Ces gens « chassent et traquent des enfants sur la Toile », explique l’un des membres de ce groupe. Pour « appâter » ces personnes sans scrupules avec les mineurs, les internautes créent des faux profils d’enfants. Le témoignage que livre l’un de ces traqueurs est effarant.

En moins de 24 heures, une dizaine de prédateurs prennent contact avec un faux profil

L’homme explique avoir créé un premier compte à l’image d’une jeune mineure prénommée Alicia. Il s’agit bien sûr d’une jeune fille fictive, qui précise dans son profil avoir 12 ans. En moins de 24 heures, plusieurs adultes entrent en contact avec la fausse préadolescente. « Je parlais avec 8 ou 10 prédateurs en même temps », rapporte à Konbini ce membre de la Team Moore.

Dans les captures d’écran dévoilées par l’internaute, l’un des prédateurs lui écrit « il n’y a pas d’âge pour faire l’amour ». L’un de ces pédophiles va même jusqu’à affirmer avoir déjà eu des relations avec des mineures. Celles-ci auraient « adoré », précise-t-il. Pire, l’homme envoie des photos au profil d’Alicia, des clichés sur lesquels il se montre fièrement.

Des prédateurs qui veulent des rapports avec des mineures « dans des caves »

Pour les membres de la Team Moore, le but est « d’accumuler le plus de preuves possible » : textes, photos, vidéos, etc. Pour qu’un dossier soit recevable par la justice, il faut que les prédateurs émettent clairement des propositions aux « jeunes filles ». « Tu veux un câlin ? », demande par exemple l’un d’entre eux.

Par la suite, les internautes de la Team Moore remettent les dossiers aux autorités compétentes. Malheureusement, comme leur aurait fait savoir le procureur de la République de Reims, ils auraient « intenté à la vie privée de ces pauvres messieurs » en dévoilant leurs conversations. Pourtant, comme tient à la préciser l’un des traqueurs, ces personnes voulaient avoir des rapports avec des petites filles de 11, 12 et 13 ans, à plusieurs et « dans des caves ».

conversation d'un prédateur de mineure
Le prédateur est explicite dans ses propos. Crédits : Facebook Konbini.

La team Moore déjà à l’origine de 14 arrestations

S’ils ne peuvent donc pas compter sur la seule justice, l’objectif des membres de la Team Moore est de faire douter ces prédateurs : « parlent-ils avec nous ou des enfants ? ». Pour cela, ces internautes interpellent eux-mêmes ces hommes dans la rue, en les mettant face leurs conversations. Leur but : « que la peur change de camp ».

La Team Moore peut se féliciter d’être à l’origine de « 14 arrestations » et de l’ouverture prochaine de procès, un peu partout en France. En France, seuls 20 « cyber-patrouilleurs » ont légalement le droit d’appréhender des prédateurs de mineures, précise Konbini. Un chiffre bien en deçà de celui affiché par l’Angleterre, qui a déployé près de 250 agents sur Internet. La Team Moore espère désormais obtenir un cadre légal, pour « travailler conjointement avec les forces de police ».

Pédocriminalité : ils traquent les prédateurs sexuels sur les réseaux sociaux

Ils traquent les pédophiles sur Internet en créant des faux profils d’enfants. Un membre de la Team Moore dévoile les messages ignobles qu’il reçoit avant d’interpeller le gouvernement et Facebook.

Publiée par Konbini news sur Lundi 22 février 2021

Signaler une erreur


Vous aimez cet article ? Recevez les meilleurs chaque jour. C'est gratuit.

 

ON Y EST PRESQUE... Il va juste falloir que l'on confirme votre adresse e-mail. Pour confirmer votre inscription, merci de cliquer sur le lien que l'on vient de vous envoyer par mail. (vérifiez votre dossier SPAM)

Quelque chose n’allait pas.

Fermer