Insolite

Nantes : « Panique aux urgences » Une patiente vomit un ver encore vivant de 20 cm

Des vers rond qui peuvent se reproduire dans l'organisme
Les femelles de certains parasites sont capables de pondre 200 000 œufs par jour, source : image d'illustration
1 Partage

Une anecdote bien curieuse racontée par le chef de service des urgences du CHU de Nantes sur Twitter. Une patiente a régurgité un ver vivant de 20 cm de long.

à découvrir

Les urgentistes sont habitués à voir tout et n’importe quoi pendant leur service. C’est le cas des urgences du CHU de Nantes qui ont eu une surprise inattendue avec une patiente. En effet, cette dernière a vomi un parasite de 20 cm de long.

Le Pr Éric Batard a rebuté la toile avec son tweet publié le 19 septembre. Il raconte alors la terrible anecdote avec cette pauvre patiente. 

D’où provient ce parasite ?

Le ver encore vivant au moment des faits est pourtant très rare en France. Il s’agit d’un « Ascaris lumbricoides ». Un ver rond, qui peut mesurer en réalité jusqu’à 25 cm et vivre par centaines dans le tube digestif.

Une frayeur alors évitée par cette dame qui l’a heureusement sorti de son organisme. Car le problème de ce ver est sa longévité. En effet, il peut atteindre jusqu’à 18 mois au stade adulte. La contamination s’effectue grâce aux oeufs microscopiques du parasite émis dans les selles de l’être humain. Comme c’est beaucoup le cas avec les parasites, ils se nourrissent grâce à nos débris alimentaires. 

“Une femelle est capable de pondre 200 000 œufs par jour ! Ces œufs doivent subir une étape de maturation indispensable, dans le milieu extérieur, avant de devenir contaminants.” — Dr Florent Morio

CHU Nantes

Un ver pourtant rare 

Selon les spécialistes, ce parasite reste tout de même rare. Pourtant, on estimerait à plusieurs centaines de millions le nombre de patients infectés. Des patients le plus souvent proches des zones tropicales. Ainsi en France, il s’agit pour la plupart de retour de vacances lors de séjours à l’étranger. 

La contamination s’effectue via les œufs microscopiques du parasite qui sont émis dans les selles par les vers adultes vivant dans le tube digestif de l’homme où ils se nourrissent de débris alimentaires. Ils peuvent entrer dans notre organisme en raison d’un fruit ou d’un légume mal lavé par exemple. 

Une infection qui peut passer inaperçue

Étant donné leur phase de migration qui peut durer jusqu’à deux mois, le danger est tout peut rester silencieux. L’infection peut donc passer inaperçue ou simplement se manifester par « des diarrhées ou des douleurs abdominales » explique le Dr Florent Morio. Ce spécialiste en parasitologie informe qu’il convient néanmoins de traiter ces parasites qui peuvent de manière très rare, causer des perforations intestinales.

Mais heureusement pas d’inquiétudes, ce petit parasite ne résiste pas au traitement médicamenteux prescrit par les médecins. Le médicament ne serait paraît-il, pas vraiment à son goût.


Signaler une erreur


Ailleurs sur le web