Faits divers

Victime d’une main aux fesses, elle frappe violemment son agresseur : la justice lui donne raison

Une touriste suisse qui avait frappé son agresseur a été acquitté.
Poursuivie pour coups et blessures volontaires, la jeune femme a été acquittée. Source : Pikist.

La jeune femme avait cassé le nez de son agresseur. La justice a estimé qu'elle avait agi de manière "appropriée".

Lors de la nuit du 31 décembre au 1er janvier 2019, une jeune femme avait cassé le nez d’un individu qui lui avait touché les fesses, à Vienne, en Autriche.

Poursuivie pour « coups et blessures volontaires », la justice a toutefois estimé qu’elle avait eu raison d’agir ainsi.

[quads id=2]

L’agresseur était un réfugié afghan de 20 ans

L’incident s’était déroulé durant les festivités de la nuit de la Saint-Sylvestre, dans les rues de la capitale autrichienne. Une touriste suisse de 21 ans se promenait lorsqu’elle a senti une main baladeuse sur ses fesses.

La jeune femme avait alors immédiatement réagi, en assénant un coup de poing au visage de l’individu.

Son agresseur, qui avait eu le nez cassé, aurait également importuné d’autres jeunes femmes durant cette même nuit.

L’homme, réfugié afghan de 20 ans, n’avait pas pu être formellement identifié par les victimes. Il avait donc bénéficié d’un non-lieu.

[quads id=3]

La justice approuve la réaction de la victime

Pour le parquet de Vienne, la réaction de la jeune femme était totalement « appropriée ».

La touriste suisse, poursuivie pour « coups et blessures volontaires », ne devra donc aucune indemnité à son agresseur.

Considérant qu’elle avait agi en légitime défense, la justice autrichienne a finalement classé l’affaire.

Plusieurs agressions lors de la nuit du Nouvel an en Autriche : des réfugiés afghans soupçonnés

Ce n’est pas la première fois que des agressions et fait de harcèlement sexuel sont rapportés en Autriche, durant la nuit du Nouvel an. Dans la nuit du 31 décembre 2016 au 1er janvier 2017 à Innsbruck, une vingtaine de femmes ont été agressées de manière similaire.

Un groupe de six migrants afghans a rapidement été soupçonné par la police d’être à l’origine de ces agressions répétées.

Les victimes, parvenues à prendre des photos de leurs agresseurs, rapportaient toutes avoir été touchées aux organes génitaux et à la poitrine.

Un événement qui rappelle également la spectaculaire vagues d’agressions sexuelles durant les fêtes du Nouvel An en Allemagne. Environ 1 200 femmes avaient été agressées à Cologne et dans d’autres villes allemandes. Ces agressions, commises en grande majorité par des migrants, n’avaient été rendues publiques par la police qu’au bout d’un certain temps.

Signaler une erreur

.

Ce contenu peut également vous intéresser :


Vous aimez cet article ? Recevez les meilleurs chaque jour. C'est gratuit.

 

ON Y EST PRESQUE... Il va juste falloir que l'on confirme votre adresse e-mail. Pour confirmer votre inscription, merci de cliquer sur le lien que l'on vient de vous envoyer par mail. (vérifiez votre dossier SPAM)

Quelque chose n’allait pas.

Fermer