Actualités

La Russie prête à déclarer « une guerre réelle » à la France ? Ces menaces qui font trembler l’Hexagone


Alors que les pays alliés multiplient les sanctions financières à l’encontre de la Russie, l’envahisseur continue son opération spéciale en Ukraine. Du coup, la France s’est dit prête à mener une « guerre économique » contre Moscou. Seulement, la réponse du Kremlin n’a pas tardé.

Quel pays va se mettre en travers des ambitions territoriales de Vladimir Poutine ? Rien n’est sûr, mais jusqu’à présent l’Ukraine est livrée à son sort. En effet, l’UE (Union européenne) ne souhaite absolument pas une confrontation directe avec la Russie. Cela pourrait provoquer une catastrophe mondiale. Par contre, les puissances occidentales ont sorti l’arme financière contre Moscou.

Après la fermeture des espaces aériens, la rupture des liens financiers et le gel des avoirs russes à l’étranger, l’UE passe à la vitesse supérieure. En effet, la Russie fait face à une nouvelle vague de sanctions. Les oligarques et la Banque centrale russe sont désormais dans le viseur des puissances occidentales.

Le 1er mars 2022, Bruno Le Maire est revenu sur ce renforcement des sanctions en raison de l’invasion en Ukraine. Au micro de Franceinfo, le ministre français a notamment lancé : « Nous allons livrer une guerre économique et financière totale à la Russie ». Voilà une déclaration qui n’est pas passée inaperçue à Moscou. Un membre du conseil de sécurité auprès de Poutine a rapidement répondu à ces propos.

À lire aussi : Catastrophe en Russie : le gouvernement obligé de déclarer l’état d’urgence suite à un déversement de 20 000 tonnes de pétrole dans une rivière !

L’étau économique se resserre sur la Russie

Alors que Vladimir Poutine fait planer la menace nucléaire, les pays alliés repliquent à l’invasion russe avec de sévères sanctions. Sur ce dernier point, le Premier ministre italien Mario Draghi a tenu à saluer la réponse « rapide, ferme, forte et surtout unie » de l’UE, rapportent nos confrères de La Tribune.

« Peut-être que Poutine nous a considérés impuissants, divisés, ivres de nos propres richesses. Il a eu tort. Nous avons été et nous serons prêts à réagir, riposter (…) et à défendre nos valeurs »

Depuis le 28 février 2022, le rouble, la monnaie russe s’est effondrée suite à la dernière mesure en date de l’UE. Les pays alliés ont en effet ordonné le blocage des avoirs en devises de la banque centrale russe à l’étranger. Il s’agit sans doute d’un véritable coup de massue pour Moscou, car ce gel représente « presque 1 000 milliards de dollars », révèle Bruno Le Maire sur le plateau de Franceinfo.

Continuant sur sa lancée, le ministre français a expliqué que le peuple russe va aussi payer le prix des décisions de leur gouvernement. « On ne sait pas faire autrement », ajoute-t-il.

La Russie sur le point de déclarer une « guerre réelle » à la France ?

L’Elysée estime que les sanctions infligées à la Russie « font plus mal que le président Poutine ne l’avait anticipé ». Actuellement, le peuple russe ne peut plus transférer des devises à l’étranger. Dans le même registre, les exportateurs russes sont obligés dee convertir leurs revenus en roubles.

Alors que Moscou tente tant bien que mal de redresser la barre, Bruno Le Maire annonce « une guerre économique et financière totale ». De quoi agacer Dmitri Medvedev. Le membre du conseil de sécurité auprès de Poutine a ainsi mis en garde la France. Désormais, il semblerait qu’une menace de « guerre réelle » plane sur l’Hexagone.

Moscou menace la France après les déclarations de « guerre économique » contre la Russie
Moscou menace la France après les déclarations de « guerre économique » contre la Russie – ©Twitter /@MedvedevRussiaE

Bruno Le Maire revient sur ses propos

Suite à la réponse de l’ancien président russe Dmitri Medvedev, le ministre français de l’Economie et des Finances est revenu sur ses propos dans les pages de Libération. A Bruno Le Maire de déclarer :

« Nous apportons un soutien total au peuple ukrainien dans cette crise. Nous sommes déterminés à imposer des sanctions massives et efficaces contre la Russie, mais nous ne sommes pas en conflit contre le peuple russe. Le terme de ‘guerre’ utilisé ce matin sur France Info était inapproprié et ne correspond pas à notre stratégie de désescalade »

Malgré les sanctions successives de l’UE, la Russie poursuit son invasion. Aux dernières nouvelles, Kharkiv, la deuxième ville ukrainienne a subi des bombardements. Tout laisse à penser que Vladimir Poutine n’arrêtera pas l’offensive avant d’atteindre ses objectifs.

Signaler une erreur