Famille

Il réalise un test de paternité et apprend que le bébé est le fils de son frère jumeau jamais né

un nouveau né
Le père de l'enfant est une "chimère humaine". Image d'illustration.

En 2014 aux Etats-Unis, un couple de Washington réalise un test de paternité. Le verdict tombe : le compagnon de la mère n'est pas le père biologique de l'enfant. Il ne s'agit toutefois pas d'un cas classique d'infidélité, mais d'un rare cas de "chimère humaine". Explications.

L’histoire racontée en 2015 par le site Buzzfeed est étonnante. En juin 2014, un couple d’Américains – dont les noms n’ont pas été divulgués par souci de confidentialité – a eu une surprise : leur bébé ne possédait pas le même groupe sanguin que le leur.

En effet, l’enfant est du groupe AB, alors que ses parents sont du groupe A. Une particularité étrange découverte lors de tests de routine, qui pousse les parents à réaliser un test de paternité.

Le père du bébé est son oncle jamais né

La mère étant tombée enceinte grâce à l’insémination artificielle, s’agissait-il d’une erreur de la clinique ? De son côté, l’établissement en question assurait que non : le jour du prélèvement, seul le père de 34 ans avait bien fait don de sa semence. Pourtant, les résultats du test de paternité effectué démontrent bien que le compagnon de la femme n’est pas le père biologique de son enfant.

Il s’agit en réalité d’un cas de chimérisme humain, précise Barry Starr, généticien de l’université de Stanford avec lequel les parents sont entrés en contact. Le spécialiste, qui conseille au couple de mener des tests plus approfondis, a une certitude : l’oncle du bébé serait son père. Problème : cet oncle n’a jamais vu le jour.

Un nouveau né
L’oncle du bébé, pourtant jamais né, est bien son père. Image d’illustration.

Qu’est-ce que le chimérisme ?

Pour le généticien, la solution à cette énigme porte donc le nom de chimérisme. Une appellation qui fait référence à la chimère de la mythologie grecque, laquelle mélange un lion, un serpent et une chèvre. Le chimérisme désigne ainsi un organisme dans lequel se sont établies deux lignées génétiques distinctes. Comment est-ce possible ?

Lorsque la mère de l’Américain de 34 ans était enceinte, elle attendait des jumeaux, explique Le Monde. Mais l’un d’entre eux n’a jamais vu le jour. L’autre bébé encore dans le ventre de la mère a « absorbé » l’ADN de son frère. Egalement nommé « phénomène des jumeaux disparus », ce processus rare serait toutefois plus fréquent qu’on ne le pense, souligne le professeur Barry Starr.

En clair : dans le ventre de sa mère, le papa du nouveau-né a absorbé les cellules de son frère jumeau. Environ 10 % des spermatozoïdes du père portent l’ADN de son frère et non le sien. C’est cet ADN qui s’est exprimé lors de la grossesse de sa femme. D’un point de vue génétique, l’enfant est donc bien le fils de son oncle qui n’est pourtant jamais né.

Signaler une erreur