Actualités

Le patron de Lidl alerte sur « des hausses de 30 à 50 % » dans les rayons des supermarchés

Inflation chez Lidl
© Depositphotos

Michel Biero craint le pire. L’homme d’affaires s’attend à une forte inflation sur les prix des produits au cours des 6 premiers mois de 2023.

Michel Biero était l’invité de RMC jeudi 12 janvier 2023. Le patron de Lidl s’est montré inquiet vis-à-vis d’une nouvelle proposition de loi validée en commission à l’Assemblée nationale la veille. Selon lui, le texte porté par le député Renaissance Frédéric Descrozaille privilégie les industriels de l’agroalimentaire. Et ce, dans le cadre de la négociation des prix avec les acteurs de la grande distribution. Quelles en sont les conséquences sur l’inflation ? On vous dit tout.

À lire aussi : « L’Ukraine a bon dos » : Michel-Édouard Leclerc réclame une commission d’enquête face aux hausses de prix « suspectes »

Une proposition de loi problématique

Pour Michel Biero, 3 articles sur 4 n’ont « pas vraiment de sujet ». Il s’inquiète surtout des conséquences que pourrait avoir l’article 3 du projet de loi.

« Il y a l’article 3, qui est extrêmement simple : il dit que c’est la fin des négociations. Aujourd’hui, un industriel qui nous demande 30 % en décembre, on a jusqu’à fin février pour négocier. Cette loi est là uniquement pour défendre les multinationales. Elle n’est pas là pour défendre les TPE, ni les PME, ni les ETI », indique Michel Biero.

Le patron de Lidl estime que les lobbyistes et les multinationales se cachent derrière cette proposition de loi.

Il a alors ajouté :

« Elle a été poussée par les lobbyistes et les multinationales pour défendre ces mêmes multinationales. Elle dit que si on nous demande 30 %, et qu’au 1er mars, nous n’avons pas trouvé d’accord, on nous imposera de payer les 30 %. »

Inflation : le premier semestre s’annonce compliqué

Si le texte de loi passe, cela risque d’entraîner une forte augmentation des prix au sein des supermarchés. Selon le patron de Lidl, cette inflation pourrait même atteindre les 30 à 50 %. 

« C’est le pire moment. C’est une loi pro-inflation, ça va exploser. Ce n’est pas moi qui le dis. Le patron des TPE, PME et ETI a dit que ça allait entraîner des hausses de 30 à 50% sur les étiquettes dans les rayons, prédit-il. C’est une catastrophe pour les Français. C’est une loi pro-inflation, pro-multinationales, mais surtout pas pour le consommateur », indique Michel Biero.

Le directeur exécutif achats et marketing de Lidl France craint que cette tendance ne dure dans le temps. Selon lui, les fournisseurs sont actuellement en train de mettre la pression sur les acteurs de la grande distribution pour limiter l’inflation. Michel Biero ne s’attend donc à aucune amélioration d’ici la fin du premier trimestre.

« Je pense que les six premiers mois de l’année 2023 vont être catastrophiques. Je reviens d’Espagne, où l’inflation est au double par rapport à la France. On a actuellement des propositions de hausses tarifaires de nos fournisseurs qui sont à deux chiffres. Ça va pour certains jusqu’à 49 % de hausse demandée », témoigne-t-il.

Lidl en tête du rapport qualité-prix en France

L’inflation et les différentes pénuries ont marqué l’année 2022. Face à la baisse du pouvoir d’achat, les consommateurs ont dû s’adapter. De nombreux Français ont adopté une nouvelle manière de consommer. L’institut d’études YouGouv a fait une étude dans ce sens et en a livré les conclusions.

Ainsi, Lidl se classe toujours en tête des marques préférées des Français, tout comme en 2021. Le géant allemand reste le champion du rapport qualité/prix dans une France marquée par l’inflation. L’enseigne se place juste devant Leclerc, Intermarché, Aldi et Carrefour.

Des changements se sont aussi opérés dans les caddies des consommateurs. YouGouv a constaté de nouveaux comportements de ces derniers depuis 2021. Ainsi, on trouve de plus en plus de marques de distributeurs caracoler à la première place des produits les plus consommés. Celles-ci se placent juste devant les produits locaux et les produits bio.

Signaler une erreur