Savoir

13 croyances du Moyen Âge qui paraissent inconcevables aujourd’hui


Au Moyen Âge, une foule de mythes et croyances hérités bien souvent des civilisations antiques perduraient. Certaines légendes médiévales étaient si édifiantes, qu'il serait bien difficile d'y croire aujourd'hui. Pourtant, à l'époque, elles faisaient office de vérité.

À lire aussi : 23 photos de célébrités qui ne paraissent pas du tout leur âge

1. Les spermatozoïdes contenaient des petits êtres

Les croyances du Moyen-âge
© unknown author/visseaux, © Hertwig/embryology.med

Au Moyen Âge, une croyance répandue évoquait de petites personnes présentes dans le sperme de l’homme. L’enfant était donc déjà formé avant même la grossesse de la femme et cette dernière ne servait que de nid pour son développement. L’idée selon laquelle la femme jouait un rôle primordial dans la procréation n’a fait son chemin dans la tête des savants que bien plus tard.

2. Les appareils génitaux masculins étaient considérés comme des animaux de compagnie par les sorcières

Les croyances du Moyen-âge
© davidwgrunner/twitter

Bien des légendes entourent les testicules masculins au Moyen-Âge. On pensait ainsi que porter les appareils génitaux des écureuils durant l’acte empêche la femme de tomber enceinte ! Une autre croyance avait attrait aux sorcières, comme le relate le livre Le marteau des sorcières. Dans cet ouvrage, il est expliqué que ces dernières s’emparaient des organes génitaux des hommes pour en faire des animaux domestiques.

Un mythe qui pourrait en partie s’expliquer par le syndrome de Koro, affectant les personnes persuadées que certains de leurs organes ont disparu. Des disparitions alors imputées aux sorcières, qui au Moyen Âge faisaient office de bouc-émissaires.

3. Certaines personnes étaient enterrées séparément de leur coeur

Les croyances du Moyen-âge
© thehistoryblog

Par le passé, il arrivait que certaines personnes demandent à être inhumées sans leur coeur. Il s’agissait bien souvent de notables qui souhaitaient être enterrés dans des endroits ne pouvant contenir un corps entier. On enfermait alors leur coeur dans une petit tombe à part. Une volonté que la richesse permettait d’assouvir et à laquelle ont eu recours Richard Premier dit Richard Coeur de Lion, Anne Boleyn ou encore Frédéric Chopin.

4. Les animaux pouvaient être jugés au même titre que les hommes

Les croyances du Moyen-âge
© Macclesfield Psalter

Autre spécificité étonnante : la justice ne concernait pas seulement les hommes, puisque les animaux aussi pouvaient être jugés. Ils pouvaient être défendus par un avocat et les sentences dont ils faisaient alors l’objet étaient similaires à celles des humains.

À Lausanne, une cour du Moyen Âge a ainsi jugé des chenilles qui avaient osé manger les plantes d’un jardin. Condamnées à être excommuniées, elles ont été sommées de quitter le territoire immédiatement. Les chats, alors considérés comme diaboliques, étaient bien souvent condamnés à la peine capitale.

5. Les nouveau-nés ne ressentaient pas la douleur

Les croyances du Moyen-âge
© pilloledistoria

Une croyance médiévale concernait les bébés et leurs ressentis. On pensait alors qu’ils ne ressentaient pas la douleur et que leurs pleurs n’étaient pas vraiment réels… Ce mythe affectant les jeunes enfants leur a valu bien des supplices, comme des opérations sans aucune anesthésie.

6. Les femmes étaient considérées comme des personnes de rang inférieur

une croyance du moyen age
© William Andrews/wikipedia

Durant la période moyenâgeuse, les femmes pouvaient travailler tout comme les hommes, mais elles étaient tout de même moins bien considérées et certaines de leurs punitions étaient humiliantes. Sur l’illustration ci-dessus, un homme oblige son épouse à porter une bride de la sorcière, aussi appelée bride bavarde. Cet accessoire, souvent utilisé à la demande de la famille ou du mari, était une sorte de muselière en fer enfermant la tête. Une punition qui empêchait la femme de parler et entraîner des douleurs physiques, mais aussi des traumatismes psychologiques. Le but était l’humiliation publique.

7. Un immense continent était englouti au fond de l’Océan Pacifique…

Les croyances du Moyen-âge
© alfonsodetomas/depositphotos, © bibliotecapleyades

À l’époque moyenâgeuse, une croyance répandue évoquait l’existence d’un continent englouti dans l’Océan Pacifique. Selon les nations, cette terre était nommée Mu, Pacifida ou Lemuria. La légende évoquait alors une civilisation disparue il y a fort longtemps, laquelle aurait notamment permis l’édification de pyramides sur l’ensemble du globe.

8. Un démon était le responsable des fautes d’orthographe réalisées par les moines copistes

Les croyances du Moyen-âge
© unknown author/medium

Si les moines copistes réalisaient des fautes d’orthographe, elles étaient dues à un démon nommé Titivillus. La légende raconte que cet être maléfique gardait dans un sac toutes les fautes commises par chaque moine, afin de l’empêcher d’entrer au paradis.

9. Le Diable apparaissait au son d’une certaine mélodie…

Les croyances du Moyen-âge
© university of Groningen

Le diable était craint au Moyen Âge et l’Eglise interdisait d’ailleurs de jouer certaines notes de musique appelées le triton. Il s’agissait d’une combinaison reproduisant un écart de tons entre les notes, capable selon la croyance de faire apparaître l’être maléfique… Toute personne jouant ces notes pouvait alors être emprisonnée.

10. Les choux de Bruxelles servaient de refuges aux esprits mal intentionnés

Les croyances du Moyen-âge
© pabkov/depositphotos, © notsomodern

Même les légumes n’échappaient pas aux croyances médiévales. En ce qui concerne les choux de Bruxelles, on pensait qu’il servait d’habitation à de petits démons. Ce mythe permettrait d’ailleurs d’expliquer pourquoi certains cuisiniers ont encore pour habitude d’effectuer une coupe en forme de croix sur les choux. Une manière d’éloigner les esprits maléfiques…

11. On Moyen Âge, on pensait que les abeilles étaient des oiseaux

Les croyances du Moyen-âge
© British Library

Au Moyen Âge, les abeilles étaient considérées comme des oiseaux de petite taille, qui produisaient du miel tout en livrant des batailles éprouvantes avec les autres ruches. Autre mythe médiéval les concernant : les abeilles ressentaient de la culpabilité. Si elles ne respectaient pas la loi en vigueur dans leur propre ruche, elles étaient ainsi capables de se piquer elles-mêmes.

12. Certains animaux pouvaient naître d’un tas de détritus ou de poussière

Les croyances du Moyen-âge
© Mesaytsegaye/wikimedia, © Duncan Hull

Une autre croyance médiévale concerne la création de certains animaux et insectes tels que les souris, les rats ou les vers. Ces derniers étaient considérés comme capables de naître par eux-mêmes d’un tas de terre, de poussière ou de détritus.

13. Le castor était considéré comme un poisson, qui pouvait être mangé pendant le Carême

Les croyances du Moyen-âge
© unknown author/guo, © Joffroy D’Aspremont/ngv

Le castor n’échappe pas à ces croyances médiévales concernant le bestiaire animal. Il était considéré comme un poisson et à ce titre, pouvait être dégusté durant le carême. Les testicules de l’animal étaient notamment très appréciés pour leur aspect curatif. On pensait d’ailleurs que ce rongeur était capable de les sectionner lui-même en les mordant, afin de les abandonner aux chasseurs le traquant.

Pour ne rien manquer de nos actualités, abonnez-vous à notre newsletter !

Signaler une erreur