Santé

Pourquoi les hommes naissent avec des pénis de plus en plus petits

manekenpiss
photo d'illustration Manneken-Pis
1 Partage

Selon Shanna Swan, professeure en médecine environnementale et santé publique au Mount Sinai Hospital de New York, la fertilité humaine est en péril. De plus en plus de bébés voient le jour avec des parties génitales diminuées. Explications.

Va-t-on être prochainement confronté à une importante baisse de natalité ? Shanna Swan, chercheuse américaine en santé publique et médecine environnementale le craint. D’ici 2045, une majorité d’hommes ne pourra plus fournir de semence féconde viable, alerte-t-elle.

L’avenir de la race humaine mise en péril par notre monde moderne

Interrogée dernièrement par le média GQ, la scientifique dresse un avenir sombre pour la reproduction humaine. « Une partie de ce que nous considérions comme de la fiction, à partir d’histoires telles que The Handmaid’s Tale (La Servante écarlate) et Children of Men (Les Fils de l’homme), devient rapidement une réalité », prévient-elle. Pour parvenir à cette prévision alarmiste, Shanna Swan a regroupé les données de plusieurs études portant sur la fécondité humaine.

Des études qu’elle détaille dans son livre altère le développement reproductif des hommes et des femmes et met en péril l’avenir de la race humaine. »

La chercheuse s’est aperçue que les phtalates, perturbateurs endocriniens principalement présents dans le plastique, impactaient réellement le développement génital hormonal des nouveau-nés. Le plastique, produit en masse ces dernières décennies, se retrouve dans de nombreux produits que nous manions chaque jour. Résultat : les bébés sont exposés aux phtalates dès leurs premières semaines de vie. Une exposition qui n’est pas sans conséquence, prévient Shanna Swan.

Un bébé
Les bébés sont exposés au plastique dès les premières semaines de leur vie. Image d’illustration.

De plus en plus de bébés naissent avec des malformations congénitales

La chercheuse souligne que de plus en plus de bébés développent le syndrome de dysgénésie testiculaire (testicular dysgenesis syndrome, TDS). D’après Santé Publique France, ce trouble du développement des testicules entraîne « des malformations congénitales chez le garçon », avec « un risque accru de cancer ». A l’âge adulte, les personnes atteintes de TDS présentent des spermatozoïdes défaillants.

Outre l’exposition au plastique, bien d’autres facteurs peuvent expliquer ces troubles de la fécondité chez l’homme, explique Shanna Swan. L’obésité, le tabagisme, le stress, la consommation de boissons alcoolisées et le manque d’exercice joueraient contre nous, détaille la scientifique auprès de GQ. Néanmoins, la raison principale de ces malformations serait, selon la chercheuse, l’exposition aux phtalates.

Un couple
A l’âge adulte, les bébés ayant développé le syndrome de dysgénésie testiculaire produiront une semence de mauvaise qualité. Image d’illustration.

Que faire pour lutter contre ce phénomène et préserver la fécondité ?

« Les hommes ayant un excès de phtalates dans leur organisme, par exemple, produiront moins de testostérone et, par conséquent, moins de spermatozoïdes », détaille-t-elle. Mais alors, que faire ? Nous pouvons adapter nos vies modernes, explique Shanna Swan.

La chercheuse prend l’exemple d’un donneur régulier, qui se faisait prélever auprès d’une banque. Un jour, l’homme n’est pas parvenu à produire une semence de bonne qualité. Il a alors cherché à savoir ce qui avait changé dans sa vie. Il a rapporté que sa nouvelle compagne fumait et que son nouveau travail était très stressant. Après avoir dit à sa petite amie de ne plus fumer à ses côtés et avoir changé ses conditions de travail, tout est rentré dans l’ordre.

Shanna Swan explique également l’importance de bien manger. « Si vous suivez ce que l’on appelle le régime méditerranéen – c’est-à-dire un régime à base de fruits, de légumes, de poulet, de poisson et de céréales complètes – cela améliore au moins une, voire plusieurs années, la qualité de votre semence », assure la chercheuse.

Signaler une erreur

.

1 Partage

Ce contenu peut également vous intéresser :


Vous aimez cet article ? Recevez les meilleurs chaque jour. C'est gratuit.

 

ON Y EST PRESQUE... Il va juste falloir que l'on confirme votre adresse e-mail. Pour confirmer votre inscription, merci de cliquer sur le lien que l'on vient de vous envoyer par mail. (vérifiez votre dossier SPAM)

Quelque chose n’allait pas.

Fermer