Logement

Un propriétaire jette toutes les affaires du locataire dans la rue et doit payer une amende

Un locataire expulsé par son propriétaire
En Grande-Bretagne, un propriétaire qui a expulsé son locataire illégalement a été reconnu coupable. Crédits : Facebook Sheffield Online - image d'illustration.

En février 2020, un locataire qui ne payait plus ses loyers a retrouvé ses affaires sur le trottoir. La serrure du logement avait également été changée. Le propriétaire à l'origine de l'expulsion a été jugé par le tribunal d'instance de Sheffield, qui l'a reconnu coupable.

Si en France les affaires de squats se multiplient, en Angleterre, celle opposant M. Klibavicius à ses anciens locataires a fait grand bruit.

À lire aussi : Un propriétaire filme l’état insalubre de l’appartement laissé par son locataire: "Je n’ai jamais vu une crasse pareille"

Le locataire retrouve toute ses affaires sur le trottoir

L’année dernière, Antanas Danilevicius vivait dans une maison située à Sheffield, en Grande-Bretagne. Le père de famille ne payait plus le loyer du logement depuis plusieurs mois, ce qui rendait furieux le propriétaire, M. Klibavicius. Un soir de février 2020, le locataire rentre du travail et retrouve ses affaires éparpillées sur le trottoir, devant l’habitation. Ses vêtements ont été jetés au sol, ainsi que le linge de la maison, tous les effets personnels de la famille et même les jouets de son fils de cinq ans.

Antanas Danilevicius tente alors de rentrer dans la maison, en vain. Le propriétaire a fait changer les serrures. Le locataire se retrouve alors à la rue avec sa famille, sans solution de replis. Suite à cette expulsion, le conseil municipal de Sheffield a engagé des poursuites contre le propriétaire, âgé de 40 ans.

Les affaires d'Antanas Danilevicius jetées sur le trottoir par Antanas Klibavicius.
Les affaires d’Antanas Danilevicius jetées sur le trottoir par son propriétaire. Crédits : Facebook Sheffield Online.

Accusé de « privation illégale d’occupation », il comparaissait dernièrement devant le tribunal d’instance de Sheffield. Au terme de son jugement, M. Klibavicius a été reconnu coupable. Pour avoir expulsé illégalement ses locataires, l’homme doit désormais s’acquitter d’une amende de 416 livres (481 euros) ainsi que de 650 livres (752 euros) de compensation à M. Danilevicius.

la serrure d'une maison
M. Klibavicius avait également changé la serrure de la porte du logement. Image d’illustration.

Les expulsions des locataires mauvais payeurs sont strictement encadrées par la loi

Un verdict qui a réjoui Janet Sharpe, directrice des services de logement de Sheffield. « Nous ne tolérerons pas le harcèlement ou l’expulsion illégale de locataires privés dans cette ville, comme le montre cette affaire », a-t-elle fait savoir. La responsable a également fait savoir que la ville était intransigeante envers les propriétaires qui tentaient d’intimider leurs locataires. « Nous appliquons une tolérance zéro à l’égard des expulsions illégales », a-t-elle souligné.

un homme desespéré
Antanas Danilevicius a obtenu une compensation financière de la part de son ancien propriétaire qui l’a expulsé illégalement. Image d’illustration.

Au Royaume-Uni, l’expulsion des locataires ne payant pas leurs loyers est une procédure strictement encadrée. Le non-paiement des loyers est une raison valable, mais la décision ne peut être prise qu’après une demande d’ordonnances auprès du tribunal et l’obtention d’un mandat de possession, spécifie le Daily Mail.

En raison de la hausse du chômage causée par la crise sanitaire, le gouvernement avait pris une série de mesures destinées à éviter les expulsions des locataires n’ayant plus de revenus. Ces mesures commencent à s’assouplir à mesure que le pays se déconfine.

Signaler une erreur