Publicité
Couple

Le plan à 3 : la nouvelle tendance pour se faire pardonner une infidélité ?

De plus en plus de couples s’adonneraient aux relations intimes multi partenaires pour surmonter l’infidélité, selon le sociologue britannique Ryan Scoats.

couple plan a trois remède infidélité
© Freepik / Jcomp
8 Partages

Publicité

Le « plan à trois » est bien plus courant qu’on ne l’imagine. Selon Ryan Scoats, sociologue à l’Université de Birmingham (Royaume-Uni), il serait même de plus en plus pratiqué au sein du couple !

Le chercheur anglais s’est en effet penché sur cette tendance.  Et les résultats de ses recherches sont très étonnants.

Une pratique « tendance » ?

Ainsi, Ryan Coats a voulu identifier les raisons qui peuvent pousser les individus à passer du fantasme à la réalité. Pour ce faire, il a soumis un questionnaire à 250 volontaires, dont 200 ont déjà expérimenté le plan à trois.

Il en est notamment ressorti que la pratique est en hausse, aussi bien chez les célibataires que les couples. Ces derniers voyant dans le rapport à trois un bon moyen de pimenter leur vie sexuelle et tester de nouvelles choses« en toute sécurité ». La présence du partenaire aurait donc un effet rassurant.

Publicité

Le plan à trois au secours du couple ?

Ryan Scoats évoque également plusieurs autres motivations. La plus surprenante étant l’utilisation du plan à trois pour préserver le couple, après la découverte d’une infidélité. Aussi improbable que cela puisse paraître, le sociologue a recueilli plusieurs témoignages qui en attestent.

Certains soutiennent alors que c’est une manière pour le partenaire infidèle de payer sa « dette ». Autrement dit, le fait de coucher avec une tierce personne permettrait d’être « quittes », l’infidélité étant consentie et partagée.

Un recours à envisager en cas d’infidélité

Le chercheur a d’ailleurs évoqué un couple marié, sauvé in extremis. Après avoir avoué à son mari qu’elle l’avait trompé lors d’un plan à trois avec deux hommes, la femme a alors accepté de renouveler l’expérience. Mais cette fois-ci avec lui et une autre femme, l’objectif étant de « remettre les compteurs à zéro ».

Et le nombre de cas similaires confortent les prévisions de Ryan Scoats. Dans un article publié sur le site web de l’université de Birmingham, voici ce qu’il a déclaré :

« À mesure que la société devient plus libérale, plus ouverte à différents comportements et relations , la stigmatisation entourant les plans à trois s’amenuisera progressivement »

Scoats Ryan, Docteur en sociologie à l’Université de Birmingham

Signaler une erreur

Poursuivez votre lecture:


Ailleurs sur le web