Société

Une nouvelle aide de 500 euros par mois : pour qui et comment en bénéficier ?


Voilà un nouveau coup de pouce financier qui est sans doute la bienvenue pour les futurs bénéficiaires en France. Il s’agit bien entendu d’une aide sociale sous forme d’allocation d’un montant de 500 euros par mois, mais à quelques conditions. On vous explique !

On parle de :

Les Français ont traversé une crise sans précédent depuis que la pandémie avait frappé de plein fouet l’Hexagone. Les répercussions économiques et sociales continuent d’ailleurs de se faire sentir. Bon nombre de citoyens ont perdu leur emploi et la flambée des prix de l’énergie n’est qu’un problème parmi tant d’autres auxquels ils doivent désormais faire face.

Malheureusement, la bascule dans la pauvreté s’aggrave avec les confinements successifs. Néanmoins, nous retrouvons une certaine stabilité depuis la reprise des activités professionnelles après fermeture des entreprises. Nul doute que le gouvernement y est pour beaucoup. En effet, l’exécutif n’a cessé de venir à la rescousse des citoyens en grande difficulté financière.

Tout porte à croire que le président de la République met tout en œuvre afin que la France remonte la pente après cette dure épreuve. En ce sens, Emmanuel Macron a annoncé une nouvelle aide pour soutenir les plus touchées par la pandémie.

Emmanuel Macron CEJ
©instagram/ @emmanuelmacron

À lire aussi : Prime de Noël 2021 : pour qui, quand et quel montant ? Tout ce qu’il faut savoir

Le « Contrat Engagement Jeune »

Le 2 novembre 2021, le chef de l’Etat a annoncé cette nouvelle allocation pouvant aller jusqu’à 500 euros par mois afin d’aider au retour à l’emploi. Ce projet était en gestation depuis un certain temps. Il était notamment question d’y inclure les travailleurs précaires. Seulement voilà, l’Élysée en a décidé autrement.

Selon les informations relayées par Europe 1, cette aide sociale s’inspire de la Garantie jeunes, un parcours intensif de formation et/ou de recherche d’emploi. De ce fait, ce dispositif devrait concerner environ 500 000 jeunes.

Il est ici question de « contrat » et non de « revenu d’engagement » pour éviter d’alimenter la polémique sur la création d’un RSA jeunes. En effet, Emmanuel Macron s’est longuement exprimé à ce sujet sur les réseaux sociaux.

Qui peut bénéficier de ce coup de pouce ?

Ce dispositif concerne les jeunes de moins de 25 ans sans formation, ni emploi depuis plusieurs mois. Emmanuel Macron a précisé que cette allocation d’un montant de 500 euros sera versée « sous condition de revenus, d’assiduité et d’acceptation des offres d’activité faites ». En ce sens les futurs bénéficiaires doivent également remplir leur part du marché pour obtenir cette aide.

Environ 500 000 jeunes de 16 à 25 ans par an pourront donc bénéficier de ce coup de pouce financier. Le lancement de ce dispositif est prévu le 1er mars 2022. Il faudra cependant remplir les critères d’éligibilité. Tout d’abord, il faut s’inscrire au programme afin de s’engager sérieusement dans une formation ou un accompagnement de 15 à 20 heures par semaine. Force est de souligner que les bénéficiaires ne devront pas dépasser le plafond de revenu indiqué.

Par ailleurs, ceux et celles qui ont suivi la formation et l’accompagnement doivent par la suite accepter les emplois proposés. Le chef de l’Etat s’est montré très clair à ce sujet. L’objectif est en effet de réduire le chômage des jeunes. D’ailleurs, il a partagé des chiffres officiels pour appuyer ses explications.

Chiffre
©instagram/ @emmanuelmacron
Chiffres
©instagram/ @emmanuelmacron

Une aide sociale pour servir la campagne d’Emmanuel Macron ?

Le « Contrat d’engagement jeune » serait un chantier inachevé, rapporte Le Monde. Annoncé par le président de la République et détaillé par le Premier ministre, ce dispositif n’a pas fait l’unanimité dans les rangs de la classe politique. Pour rappel, Jean Castex souhaite accompagner aux moins 400 000 jeunes en 2022.

Pourtant, la gauche a rapidement pointé du doigt un manque d’ambition dans ce coup de pouce financier. A titre d’information, le ministère du Travail menait une campagne pour l’extension la plus large possible.

De son côté, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie se démène pour le réduire en arguant le coût du dispositif à plusieurs milliards d’euros. Le budget est donc de 550 millions d’euros tout en espérant une réelle contrepartie en matière d’emploi.

Quant à la droite, l’opposition à l’actuel chef d’Etat critique le coût de ce dispositif. Par ailleurs, une partie de la classe politique est persuadée que cette aide sociale est la preuve d’un président déjà en route pour un 2e mandat. Le locataire de l’Élysée doit également répondre à quelques interrogations des jeunes. Si certains n’apprécieront pas leur formation, d’autres ne voudront pas travailler dans la première société venue.

Pour ne rien manquer de nos actualités, abonnez-vous à notre newsletter !

Signaler une erreur