Société

Allocations sociales : ces aides que tout le monde oublie de demander


Aussi étonnant que cela puisse paraître, bon nombre d’allocataires éligibles à certaines aides sociales ne les demandent pas. Le non-recours à ces prestations est estimé à des milliards d’euros. De quelles aides s'agit-il ? On vous en dit plus.

Face à la situation actuelle, la flambée des prix des carburants et l’inflation, le gouvernement a mis en place des dispositifs pour soutenir les plus démunis. Beaucoup de foyers français peuvent ainsi en bénéficier. Encore faut-il les demander ? RSA (Revenu de Solidarité Active), ASF (Allocation de soutien familial), APL (Aides personnalisées au logement) … les prestations sociales sont nombreuses. Seulement, le taux de non-recours est aussi élevé.

Avec le croisement des données disponibles au niveau national et par département, le site Mes allocs a en effet déterminé le taux de non-recours aux principales aides. A titre d’information, la plateforme accompagne les bénéficiaires d’allocations sociales dans leurs démarches. Aux moins 10 milliards d’euros d’aides du gouvernement ne seraient pas réclamés par les allocataires éligibles, rapportent nos confrères du Parisien.  

À lire aussi : Fraude aux prestations sociales : 2,5 millions de bénéficiaires fantômes perçoivent bien des aides

Les principales aides les moins réclamées

Sans nul doute, les deux dernières années ont été difficiles pour la plupart des Français. Tout d’abord, la pandémie a frappé de plein fouet l’Hexagone. Malheureusement, la détérioration du pouvoir d’achat des ménages est inévitable. Ajoutez à cela les impacts de l’invasion russe en Ukraine. La pénurie et la hausse du prix de l’énergie en sont les effets parmi tant d’autres.

Malgré tout, le gouvernement n’abandonne pas les Français à leur sort. Bien que certaines décisions ne fassent pas l’unanimité, les aides sociales sont toujours les bienvenues. De nombreux coups de pouce financiers ont été mis en place. Pourtant, des milliards d’euros restent dans les caisses de l’Etat. Une partie des allocataires éligibles à ces aides ne les demandent en effet pas. Il s’agit du RSA et des APL. A Joseph Terzikhan, fondateur de Mes-Allocs.fr de déclarer :

« À l’échelle nationale, le taux de non-recours au RSA (Revenu de Solidarité active) est de 35% en France, de 37% pour les APL (Aides au logement) pour la population générale, et de 72% pour les aides au logement pour les étudiants »

Il est à noter qu’en moyenne, les aides non réclamées représentent 300 € par mois et par personne.

Quelles en sont les raisons ?

Mis à part le RSA et les APL, l’allocation Education enfant handicapé et l’allocation Adultes handicapés sont délaissées par les personnes éligibles. Les taux de non-recours sont respectivement de 85% et 61%. Selon les informations relayées, les trois principales raisons sont :

  • La complexité des démarches administratives
  • L’ignorance de l’existence de la prestation sociale
  • La fierté d’éviter de recourir à l’aide du gouvernement

Les autres aides sociales méconnues des Français

Selon toujours Le Parisien, le gouvernement s’est engagé à simplifier les démarches pour l’attribution des aides. Seulement, il y a encore du travail à faire. Quant au site Mes Allocs, celui-ci met à la disposition des internautes un simulateur gratuit. De cette manière, ils peuvent savoir à quels dispositifs ils sont éligibles. Si la paperasse vous rebute, Joseph Terzikhan & co peuvent s’en occuper.

« Nous pouvons faire 90 % des démarches » déclare le fondateur. Cependant, il faut débourser 29,90 euros par trimestre, sans engagement. Voici une liste non exhaustive les autres aides sociales méconnues des Français :

  • Aide aux vacances famille (AVF)
  • Aide aux vacances sociales (AVS)
  • Aide pour la pratique d’une activité extra-scolaire
  • Prêt travaux de la CAF
  • Technicien de l’intervention sociale et familiale (TISF)
  • Allocation journalière de présence parentale (AJPP)
  • Prime à l’internat
  • Allocation de soutien familial (ASF)
  • Aide au paiement d’une complémentaire à la santé
  • Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C)

Signaler une erreur