Santé

Covid-19 : une deuxième vague frappera la France en août selon un épidémiologiste

Les Français commencent à retrouver une vie normale, mais la guerre contre le coronavirus est encore loin d’être terminée. Un célèbre épidémiologiste prévoit une nouvelle vague de contaminations.

infimier pendant crise coronavirus
Credit : CC / MACSF
21 Partages

Les hypothèses relatives à une deuxième vague de Covid-19 se sont multipliées ces derniers temps en France. Après Didier Raoult, c’est maintenant au tour de Martin Blachier, médecin épidémiologiste, spécialiste en santé publique, de tirer la sonnette d’alarme.

Covid-19 : les tests de dépistages seront insuffisants

Martin Blachier s’est exprimé sur le plateau de France 5, durant l’émission C dans l’air. L’épidémiologiste a d’abord cité le cas des pays tels que la Chine et la Nouvelle-Zélande. Alors que l’épidémie était sous contrôle, de nouveaux cas inquiétants sont apparus. D’après les prévisions de Public Health Expertise, le cabinet de conseils de l’expert, l’Hexagone vivrait une situation pareille. Le spécialiste fut formel, la deuxième vague est inévitable, elle arrivera vers «  la deuxième quinzaine d’août ».

Interrogé par un téléspectateur sur la capacité des hôpitaux français, Martin Blachier a déclaré que les lits pourraient manquer. Les tests de dépistages ne seront pas également suffisants « pour pouvoir faire tous les contacts de tous les cas qui seront diagnostiqués. »

Cependant, l’épidémiologiste a avancé des motifs d’espoir. Même si la deuxième vague durerait plus longtemps, elle ne serait pas « aussi haute » que la première.

Les personnes à risque devront être confinées

Comment affronter ce nouvel épisode ? Martin Blachier recommande le confinement par tranches d’âges, les personnes âgées devront rester chez eux jusqu’à l’éradication du virus. Par ailleurs, il faut toujours appliquer les gestes barrières telles que le lavage des mains, la distanciation physique et le port du masque.

martin Blachier C Du Kiff France 5
Selon Martin Blachier, les lits et les tests de dépistages pourront manquer lors de la deuxième vague. Capture d’écran France5

L’épidémiologiste n’est pas le seul à évoquer cette possibilité. Pour Jérôme Salomon, le directeur générale de la santé, ce phénomène surviendrait « à l’automne. » De son côté, le professeur Didier Raoult a annoncé un « nouveau pic épidémique au moment de la saison hiverna-printanière. »

Dans tous les cas, il est important de rester sur ses gardes en respectant les recommandations sanitaires.


Signaler une erreur


Ailleurs sur le web