Média

Philippe Etchebest s’en prend à Laurence Ferrari : « Ça suffit ! Ce n’est pas vrai ! »

Philippe Etchebest et Laurence Ferrari sur Cnews.
Le chef étoilé s'est emporté face à Laurence Ferrari, sur CNews. Capture d'écran : CNews.
45 Partages

Ce mercredi 25 novembre 2020, le célèbre chef cuisinier était invité par Laurence Ferrari sur le plateau de Cnews. Il a alors fait part de la révolte des restaurateurs qui ne sont pas encore autorisés à réouvrir leurs portes. En colère, Philippe Etchebest n'a pas du tout apprécié l'une des questions de la journaliste. Il le lui a fait savoir sans ménagement.

à découvrir

Depuis le début de la crise sanitaire en France, Philippe Etchebest s’est mué en porte-parole des restaurateurs en détresse. Le juré de Top Chef multiplie les prises de parole dans les médias pour demander des assouplissements de la part du gouvernement.

Pour le juré de Top Chef, « il y a de quoi être en colère »

Alors quand Emmanuel Macron s’est adressé aux Français ce 24 novembre, la star de Cauchemar en cuisine attendait des mesures fortes. Il n’en a rien était pour les restaurateurs, qu’il estime être les grands oubliés de ce déconfinement.

En effet, le chef de l’Etat a fait savoir que les restaurants ne pourraient réouvrir qu’à partir du 20 janvier 2021 et uniquement si les chiffres de l’épidémie sont encourageants. Une véritable déception pour Philippe Etchebest. A bout de nerfs, le restaurateur fait part de son exaspération face à Laurence Ferrari.

Après avoir tout de même salué « la petite lueur d’espoir » apportée par les aides destinées aux entreprises fermées administrativement, la star de M6 laisse éclater sa rancoeur. « Il y a de quoi à être en colère, tout le monde ne se relèvera pas de cette histoire », déplore-t-il avant de souligner :

« J’essaie pour survivre de faire de la vente à emporter pour payer les frais fixes parce que je n’ai eu le droit à aucune aide dans la mesure où je n’étais pas dans le seuil d’éligibilité. Il faut trouver des solutions ».

« J’ai horreur de ce mot ! », lance Philippe Etchebest

Laurence Ferrari lui demande alors comment il compte se « réinventer ». Une expression qui ne plaît visiblement pas au chef cuisinier. « J’ai horreur de ce mot ! J’ai horreur de ce mot ‘réinventer’ », lance-t-il en haussant le ton.

Face à la journaliste, surprise par la colère de Philippe Etchebest, ce dernier continue : « On ne se réinvente pas, on s’adapte. On fait preuve de résilience, on essaye de trouver des solutions. On fait un métier de restauration, qui se veut convivial, un métier de passion. On crée un lien social, on fait à manger. Se réinventer, ça veut dire quoi ? Non, on s’adapte, mais il faut quand même trouver des solutions rapidement et qu’on rouvre vite ! »

Tandis que Laurence Ferrari n’ose pas intervenir, le restaurateur conclut : « Ça suffit ! Arrêtons de toujours nous faire porter la responsabilité de ce qui se passe aujourd’hui. On n’est pas fautifs. Non, ce n’est pas vrai ». Une mise au point qui a le mérite d’être claire.

Revoir l’interview:

Signaler une erreur