Santé

Un « passeport vert » pour les personnes vaccinées : la proposition polémique d’une députée


La députée UDI Valérie Six propose ce mercredi la création d'un « passeport vert ». Un document qui servirait de sésame pour fréquenter des lieux interdits aux non vaccinés.

Ce mercredi 16 décembre, les députés ont fait part de leurs doutes quant à la stratégie vaccinale du gouvernement. Face au Premier ministre, plusieurs parlementaires l’ont qualifiée de « brouillonne ». Une élue s’est particulièrement fait remarquer en proposant la possibilité d’un « passeport vert ».

À lire aussi : Un passeport sanitaire obligatoire pour se rendre en Espagne cet été ?

Un certificat vaccinal pour « retrouver une vie normale »

Valérie Six (UDI) a souligné que la création d’un tel document remis aux personnes vaccinées permettrait d’inciter les Français à la vaccination. Ce « passeport vert » permettrait de « retrouver une vie normale ». Les personnes le détenant pourraient se rendre dans les restaurants, fréquenter les lieux de culture et autres endroits pour l’heure interdits.

Ce document déjà employé en Israël suscite un vif débat en France. Et pour cause, si le gouvernement opte pour ce « passeport vert », cela revient de facto à rendre obigatoire le vaccin. Or, Emmanuel Macron a déjà fait connaître sa position sur le sujet. Le chef de l’Etat ne souhaite pas rendre obligatoire le vaccin et il ne veut pas marginaliser les personnes ne procédant pas à l’injection.

Les députés réclament de la « transparence » sur la « sécurité » du vaccin et « les profits »

Outre cette proposition polémique, les députés ont rappelé au gouvernement son obligation de transparence quant au vaccin. Gérard Leseul, élu socialiste, a déploré la « multiplication » des « organismes » en matière vaccinale. En clair : un trop grand nombre d’acteurs rendraient « opaque » la stratégie vaccinale. Le député a également réclamé « une déclaration obligatoire des intérêts privés des personnes concernées et actives dans les différents comités » liés aux vaccins.

Le groupe LFI a réclamé une « transparence sanitaire » sur la « sécurité des vaccins ». La France Insoumise souhaite également une « transparence économique » sur les bénéfices des différents acteurs de la chaîne vaccinale.

Pour finir, plusieurs députés ont demandé au gouvernement de faire confiance aux élus et médecins sur le terrain pour mener les campagnes de vaccination. « La défiance est aussi le résultat d’une gestion verticale et parfois infantilisante de la part de l’exécutif mettant de côté les corps intermédiaires, les élus locaux comme le pouvoir législatif », a souligné André Chassaigne, député communiste.

Signaler une erreur