Police et Justice

Le gendarme falsifiait les tests d’alcoolémie pour obtenir une promotion avant sa retraite

Photo d'illustration

Jugé au tribunal de Chartres la semaine dernière, un ancien gendarme aujourd'hui à la retraite a été condamné pour faux et usage de faux. L'homme de 52 ans truquait les résultats des tests d'alcoolémie dans le but de verbaliser davantage et gonfler ses statistiques.

Comme le rapporte L’Echo Républicain ce dimanche 18 avril, le militaire de l’Eure-et-Loir visait une promotion avant son départ en retraite. Il voulait donc « améliorer ses statistiques », comme il l’a expliqué lors de son jugement.

Le gendarme verbalise injustement un conducteur de 78 ans

Pour y parvenir, ce gendarme à la carrière pourtant irréprochable avait mis en place un subterfuge. Une astuce qui lui avait permis de verbaliser injustement plusieurs automobilistes l’été dernier. Pour y parvenir, le militaire ne tenait pas compte du taux affiché par l’éthylomètre. Ses collègues s’en sont rendu compte en septembre 2020, lorsque le gendarme a contrôlé un conducteur de 78 ans.

Lors du contrôle, le gendarme n’avait pas retenu le taux affiché par l’éthylomètre (0,09 milligramme par litre d’air expiré), préférant le verbaliser pour 0,47 milligramme. Le sexagénaire avait payé cher sa supposée alcoolémie, puisqu’on lui avait confisqué son permis de conduire, rapporte Midi Libre.

« C’était pour avoir l’avancement auquel j’avais droit », s’est justifié le gendarme face au tribunal tout en soulignant avoir subi des injustices durant sa carrière. Condamné à un an ferme et deux ans sursis, l’ancien gendarme va effectuer sa peine à son domicile du Loiret. Il sera équipé d’un bracelet électronique. Quant aux automobilistes injustement verbalisés, les procédures vont être annulées et leurs points vont être restitués sur leurs permis de conduire.

Signaler une erreur