Tranche de vie

« La reine des allocs » : Elle perçoit 47 000 euros d’allocations avec ses 13 enfants, voici son parcours


Alors que Cheryl Prudham bénéficie déjà des allocations familiales avec ses 12 enfants, elle a récolté des avantages supplémentaires avec l’arrivée de son 13e bébé. Malgré les critiques, elle assume son choix de profiter des subventions de l’État.

C’est un fait, le quotidien des grandes tribus suscite souvent la curiosité. L’émission Familles nombreuses, la vie en XXL en est une preuve. Depuis la 1re saison en 2020, le programme de TF1 continue en effet de rassembler des millions de téléspectateurs. Néanmoins, le clan Pellissard ou Gayat ne sont pas les seuls à attirer l’attention. Outre-Manche, Cheryl Prudham et son compagnon Lee Ball font aussi parler d’eux.

Ce couple qui a défrayé les chroniques en 2017 continue toujours de faire couler beaucoup d’encre. La raison ? A l’époque, la mère de 34 ans était femme au foyer. A l’évidence, s’occuper de 13 enfants n’est pas une mince affaire. Il s’agit certainement d’un travail à plein temps. Jusque-là, rien de bien choquant. Seulement, elle assume totalement le fait de profiter des allocations familiales. Voilà de quoi fortement agacer les contribuables britanniques..

À lire aussi : Cette mère de famille sans emploi perçoit 22 500 € d’allocations par an.

Près de 50 000 euros d’allocations familiales

Face à la détérioration du pouvoir d’achat des ménages français, le gouvernement a mis en place des coups de pouce financiers. A cela s’ajoutent les allocations de chômage ou encore familiales. Souvent accusées de profiter de cette aide sociale, les tribus vedettes de l’émission de TF1 ont toujours démenti cette rumeur. Il faut croire qu’elles ne ressentent aucune fierté de vivre sur le dos des contribuables. Oui, mais voilà, ce n’est pas le cas de Cheryl Prudham.

Après son divorce avec son mari Robert, la mère de famille avait retrouvé l’amour dans les bras de Lee Ball, 29 ans. Selon les informations relayées par The Sun, le père d’une petite fille était sans emploi. Malgré tout, Cheryl était vite tombée enceinte. Elle était donc sur le point d’accueillir son 13e bébé. La situation peut-être préoccupante pour d’autres en raison des difficultés financières, mais ce n’est pas le cas de cette trentenaire.

Déjà bénéficiaire des allocations familiales, la compagne de Lee se réjouissait d’empocher 712 livres supplémentaires, soit plus de 830 euros avec cette nouvelle grossesse. Depuis, elle touche tous les ans 47 000 €. Voilà une belle somme qui permet à la famille recomposée de profiter d’une vie décente. Mieux encore, la femme au foyer peut avoir recours à la chirurgie esthétique et partir en vacances.

Cheryl Prudham vit sa vie comme elle l’entend

Tout laisse à penser que la mère de treize enfants profiterait d’une vie de luxe et aux yeux des contribuables britanniques, c’est inadmissible. En effet, les prestations sociales sont destinées aux foyers les plus démunis. En ce sens, elle ne devrait pas s’offrir des vacances ou passer sur le billard avec les aides de l’État. Du coup, certains l’ont rebaptisée « la reine des allocs » ou encore « la mère la plus effrontée de Grande-Bretagne ».

Ses détracteurs pointent aussi du doigt le fait que la plupart de ses enfants sont issus de relations différentes. Dans un documentaire qui lui est consacré, Cheryl Prudham s’est cependant livrée à quelques confidences. « Je suis accro au bébé (…) Tenir un nouveau-né dans ses bras est la meilleure sensation au monde , je ne m’en lasse pas », révèle-t-elle.

Ce, avant de répondre à ses haters : « (…) je peux avoir autant d’enfants que je veux. Je pense que ce n’est l’affaire de personne (…) elles (allocations familiales, ndlr) ont été créées pour ça, pourquoi ne pourrais-je pas en profiter ? ». Voilà qui est clair !

Signaler une erreur