Faits divers

Un facteur refuse d’aider une vieille dame au sol, car il est « fatigué » de sa tournée (vidéo)

4 Partages

En Ecosse, un facteur a refusé de prêter assistance à une septuagénaire, tombée devant chez elle. Alors qu'elle se trouve au sol, dans le froid, le facteur continue sa tournée comme si de rien n'était. Découvrez dans la vidéo en haut de page.

Ce vendredi, la mésaventure de Patricia Stewart a fait la Une des tabloïds en Ecosse, à tel point qu’une enquête a été ouverte par la poste britannique. Mercredi 10 février, la retraitée sort de chez elle pour ramasser des colis déposés sur le pas de sa porte.

Le facteur refuse d’aider la retraitée, car il est « debout depuis 9h ce matin »

Patricia, qui a développé de l’ostéoporose, glisse au sol et se cogne la tête. Elle ne parvient pas à se relever à cause de ses os fragilisés. La septuagénaire appelle alors à l’aide le facteur qui se trouve juste à côté. Contre toute attente, l’homme refuse de lui venir en aide et la laisse au sol.

Il lui rétorque : « Je ne peux pas vous aider, je suis crevé. » Le facteur explique alors à Patricia qu’il est debout depuis 9 heures du matin et que distribuer le courrier par ce froid est fatiguant. Il conseille alors à la vieille dame de mettre des pantoufles et s’en va, comme si de rien n’était.

Patricia Stewart secourue au bout d’une vingtaine de minutes

Patricia demeure dans le froid glacial, seule et au sol. Il faudra attendre une vingtaine de minutes avant qu’une jeune femme passant en voiture lui vienne en aide. La scène à peine croyable a été immortalisée par une caméra de surveillance située sur une façade voisine. Publiée sur les réseaux sociaux par la nièce de Patricia, Sheryl Harkins, elle suscite l’indignation des internautes.

« Je n’arrivais pas à croire qu’il soit parti et qu’il m’ait laissée sans demander l’aide de personne », rapporte Patricia au Daily Mail. La retraité explique s’être sentie « comme une moins que rien » et avoir « crié et pleuré » de colère et de frustration.

Face à la polémique, la poste britannique dit avoir ouvert une enquête. Elle a également présenté des excuses à Patricia et sa famille. La nièce de la septuagénaire ne décolère pas. « Il est difficile de croire qu’un être humain puisse en traiter un autre de la sorte », s’indigne-t-elle tout en soulignant que tout aurait pu très mal finir pour Patricia.

Signaler une erreur