Actualités

Elle fait une « gâterie » au braqueur pour le retenir jusqu’à l’arrivée de la police


A Bratislava, en Slovaquie, une femme a donné de sa personne pour aider les policiers à interpeller le braqueur d'une station-service. Présente au moment des faits, elle n'a pas hésité à pratiquer « une pipe » au malfrat pour le retenir.

On parle de :

À lire aussi : TPMP: Cyril Hanouna invite le braqueur de Kim Kardashian pour lui faire la morale

La police était en chemin, mais allait-elle parvenir à arriver à temps sur les lieux du braquage, ce mercredi 27 janvier 2021 ? Pour s’en assurer, une femme présente dans la station-service a eu une idée.

La trentenaire décide d’intervenir en s’introduisant dans la station-service

Comme le rapporte Metro.co.uk, le braqueur de 24 ans venait de forcer l’un des salariés à lui remettre la caisse. L’employé malmené a été atteint au visage et il s’est enfui dans l’arrière-boutique, pour appeler la police.

Une source policière citée par l’agence de presse TASR rapporte qu’une femme est alors entrée en action. Témoin de la scène, elle s’est introduite dans la station-service pour venir en aide aux membres du personnel. La femme, qui ne serait pas une employée, aurait alors pratiqué une « pipe » sur le malfrat.

La Slovaque de 36 ans aurait expliqué avoir agit ainsi pour retenir le braqueur, jusqu’à l’arrivée des policiers. Lorsque ces derniers ont pénétré dans la station-service, ils ont retrouvé la femme et le malfrat au sol, peu vêtus. Le suspect a été interpellé et emmené au poste de police. Il semblerait donc que la témoin n’ait pas agi sous la contrainte, mais l’enquête va devoir le déterminer.

Contrainte par le malfrat de faire une « gâterie » à son compagnon

Un fait divers qui rappelle une autre affaire, survenue en 2013 au Quick de Gramont, à Toulouse. Mais cette fois-ci, l’employée présente sur place avait été contrainte par le braqueur, rapporte La Dépêche. La jeune femme de 26 ans avait vécu un véritable calvaire dans la nuit du 5 août, sur le parking du fast-food.

Son compagnon, qui travaille aussi dans le restaurant, était présent. Les deux jeunes gens avaient été forcés par l’un des malfrats de s’accroupir derrière un talus. Pendant ce temps, deux autres personnes s’étaient introduites dans le Quick pour récupérer la caisse. Le braqueur resté à l’extérieur avait posé une série de questions au couple, puis exigé de la jeune femme qu’elle ouvre la braguette de son compagnon.

Il avait ensuite contraint la salariée à faire une « gâterie » à son petit ami, tout en se moquant des deux jeunes gens. Une scène qui a profondément marqué le couple. Lors du procès des cinq accusés, la jeune femme avait fait savoir au tribunal qu’après un tel acte, « on ne recommence pas une vie de couple comme ça ».

Pour ne rien manquer de nos actualités, abonnez-vous à notre newsletter !

Signaler une erreur