Télé

Miss France 2022 : Alexia Laroche-Joubert réagit aux révélations de certaines candidates


Connue pour son franc-parler, Alexia Laroche-Joubert est récemment montée au créneau. La raison ? Certaines candidates à la dernière édition ont pointé du doigt le contrat de travail et les mauvaises conditions dans les colonnes d’un journal francilien. Du coup, la présidente de la société Miss France a tenu à mettre les choses au clair.

Dans le sillage de Geneviève de Fontenay et de Sylvie Tellier, Alexia Laroche-Joubert a pris les rênes du comité. En effet, elle est depuis peu la présidente de la société Miss France. A titre d’information, c’est à elle que l’on doit la production de Star Academy (2001-2008), Koh-Lanta (2016) ou encore Fort Boyard (2018). Outre les polémiques autour du jeu de survie, elle doit également faire face aux révélations sur le concours de beauté.

A la surprise générale, certaines participantes ont en effet accepté de se livrer sans fard dans les colonnes du Parisien. Pour la première fois dans l’histoire du concours Miss France, toutes les candidates avaient un contrat de travail. Ainsi, elles ont levé le voile à ce sujet. Cependant, ces Miss régionales ont aussi pointé du doigt la production en évoquant leur salaire dérisoire.

Face aux nombreuses déclarations, Alexia Laroche-Joubert a récemment pris la parole. Fidèle à sa réputation, la productrice de l’émission a tenu à remettre les pendules à l’heure. Elle a notamment parlé des valeurs et des motivations des candidates. Selon ses propos, celles qui se plaignent de leur salaire ont l’embarras du choix concernant les émissions de télé-réalité.

Les candidates au concours Miss France 2022
Les candidates au concours Miss France 2022 – ©TF1

Des conditions de travail difficiles au concours Miss France 2022

C’est un fait, remplacer Sylvie Tellier à la tête du comité n’est pas chose aisée. Cependant, Alexia Laroche-Joubert a l’étoffe pour mener à bien cette mission. Elle devra néanmoins faire preuve de toute son expérience pour perpétuer certaines traditions et opérer quelques changements. La présidente devra aussi répondre aux déclarations et aux critiques du public et de certaines candidates à l’élection. C’est le cas notamment de cette participante qui a révélé le salaire qu’elles touchaient lors de la dernière édition.

En effet, une candidate anonyme a confié dans les colonnes du Parisien : « On a été payées 84 euros par jour, soit 252 euros net en tout. L’équivalent du smic. C’est vraiment symbolique ». Certaines participantes n’en sont pas restées là. Cette interview au micro du journal francilien était aussi l’occasion pour elles de dénoncer les mauvaises conditions de travail au concours Miss France 2022. Ces jeunes femmes n’ont ainsi pas hésité à pointer du doigt le rythme imposé pendant la longue préparation à la cérémonie diffusée sur TF1.

On apprend notamment dans les colonnes du Parisien qu’elles enchainaient « les chorégraphies de près de dix heures par jour ». Pour les besoins du concours, les candidates ne dormaient pas avant minuit. Elles devaient également assister à des dîners de représentation. Inévitablement, certaines ont eu des soucis de santé à cause du manque de sommeil et du stress.

« Certaines filles ont eu des problèmes de tension ou sont tombées malades. Beaucoup craquent au moment des répétitions »

Alexia Laroche-Joubert sort du silence

Outre le rythme effréné, certaines candidates ont aussi déploré le manque de nourriture. Bon nombre d’entre elles auraient en effet perdu plusieurs kilos. « On ne nous donnait clairement pas assez à manger. Parfois, on se faisait livrer des plats en plus. On avait l’impression de faire un Koh-Lanta bis », confie une participante.

A titre d’information, les candidates au concours Miss France 2022 ont perçu un salaire pour leur participation à la cérémonie et aux deux derniers jours de répétitions. Voilà une condition qui ne plait visiblement pas à l’une d’elles. Sous couvert d’anonymat, elle a expliqué au Parisien : « On se disait entre filles qu’on devrait être payées du premier au dernier jour parce que sans nous, il n’y aurait pas de show ».  

Forcément, Alexia Laroche-Joubert a eu vent de ces nombreuses déclarations. Contactée par le journal francilien, la présidente de la société Miss France a tout d’abord rappelé qu’il s’agit d’un concours. Ce, avant d’affirmer que le contrat proposé relève « déjà d’une grande avancée ». En réponse aux critiques, elle a confié :

« Cela ne correspond pas à nos valeurs et les motivations des candidates ne seraient plus les mêmes. Pour ça, elles peuvent faire Les Marseillais ou Les Ch’tis »

Voilà qui est clair. Il est peu probable que la durée du contrat soit rallongée.

Signaler une erreur