Télé

Cauchemar en cuisine (M6) : combien de restaurants Philippe Etchebest a-t-il réellement sauvé ?


Combien de restaurants sont toujours ouverts après le passage du chef Philippe Etchebest et son équipe ? C’est la question que se pose un bon nombre de fidèles de l’émission Cauchemar en cuisine et à laquelle le principal concerné a répondu.

On parle de :

Qui dit Cauchemar en cuisine dit Philippe Etchebest. Cela fait plus de 10 ans que le juré de Top Chef est aux commandes de l’émission. Au fil des années, il a fait tout son possible pour sauver les établissements au bord de la faillite. Sans son intervention, certains restaurateurs auraient sans doute mis la clé sous la porte.

L’expert du programme culinaire, désormais épaulé par Mallory Gabsi, ancien candidat belge de Top Chef prend son rôle très à cœur. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle il n’hésite jamais à pousser un coup de gueule à chaque nouvel épisode. Pourtant, derrière ses remarques parfois acerbes se cache une forte envie d’aider les restaurateurs à remonter la pente.

Son objectif est toujours resté le même depuis que ses débuts dans le programme, celui d’aider les gérants à relancer la machine. Malheureusement, certains restaurateurs ne sont pas parvenus à éviter la faillite.

À lire aussi : « Lamentables et débiles » Philippe Etchebest furieux contre les dîners clandestins

La majorité des établissements accompagnés surmontent leurs difficultés

Dès le premier jour, Philippe Etchebest met tout en œuvre pour évaluer les problèmes des gérants qui participent à l’émission Cauchemar en cuisine. Le Meilleur ouvrier de France en 2000 analyse, entre autres, la qualité de la nourriture et la gestion des restaurants. Puis, il passe à l’acte le deuxième jour.

Après le constat des lieux, le chef étoilé organise le fameux test sous pression pendant lequel il invite des passants à venir manger dans l’établissement. De cette manière, l’expert pourra évaluer les compétences des restaurateurs tout en cherchant des solutions à leurs problèmes. Par la suite, la production procède à l’étape de travaux de rénovation avant le test final.

Philippe Etchebest ne dispose que d’une semaine pour aider les gérants. Après cette période, ces derniers ne sont pas « lâchés pas dans la jungle », selon ses propres mots sur Europe 1. Lors de cette interview, le juré de Top Chef a partagé un avis pour le moins rassurant concernant ses protégés.

« Aujourd’hui, les statistiques sont à hauteur de 70% de réussite (…) Il y a un accompagnement qui se fait avec une entreprise (Rivalis, ndlr) pendant six mois. Donc, on aide les restaurateurs, on les accompagne dans la comptabilité, dans la gestion, avec tous les conseils que je leur ai donnés »

Voilà des propos que le directeur de programmes de la société de production Studio 89 a confirmés. Au micro du Figaro, Romuald Graveleau a d’ailleurs ajouté que la production et le présentateur de l’émission s’investissent personnellement en contactant de temps à autre les gérants. Inversement, les restaurateurs peuvent également demander conseil auprès de l’expert, notamment pour connaître son avis sur une nouvelle carte.

Philippe Etchebest a failli ne jamais présenter l’émission

Toujours d’Isabelle Morizet sur Europe 1, le mentor de Mallory Gasbi a raconté le jour où la production l’avait contacté pour devenir la tête d’affiche du programme. L’équipe voulait un expert comme lui qui avait du caractère.

Pourtant, il appréhendait d’endosser ce rôle de chef « cliché » qui passe son temps à sermonner dans la cuisine. Finalement, celui qui a reçu l’Ordre national du Mérite en 2012 avait accepté. Par la suite, il avait appris comment s’était déroulée la sélection.

« Ils ont pris des mots clés, ils ont fait : rugby, chef étoilé, meilleur ouvrier de France. Donc, forcément, pas de bol, c’est tombé sur moi »

De toute évidence, Philippe Etchebest s’en est sorti avec brio, et ce, malgré les critiques d’une poignée de téléspectateurs sur son comportement envers les candidats. A titre de comparaison, selon le site L’Express, le chef Gordon Ramsay dans la version américaine n’avait réussi à sauver que 30 restaurants sur 77 après sept saisons.

Qui règle la facture des rénovations ?

Voilà une question que se posent certainement les fidèles de Cauchemar en cuisine et à laquelle Romuald Graveleau a répondu. Outre la note après le test sous pression, la production prend en charge les travaux de rénovation. De plus, elle fournit également le matériel en cuisine à l’exemple d’une planche ou d’un four.

« Il arrive aussi qu’elle remette l’établissement aux normes d’hygiène et de sécurité », ajoute-t-il. Toute une équipe continue donc de travailler après la fin d’un tournage et cela contribue sans doute au succès du programme de M6.

Pour ne rien manquer de nos actualités, abonnez-vous à notre newsletter !

Signaler une erreur