Actualités

Emmanuel Macron arrogant et dans un état second lors du débat d’entre-deux-tours ?


A l’occasion du traditionnel débat télévisé d’entre-deux-tours, Marine Le Pen et Emmanuel Macron avaient abordé de nombreux sujets. Outre ses prises de position, le président sortant avait fait parler de lui à cause de son attitude jugée arrogante sur le plateau du JT de TF1.

Qui sera le prochain président de la République ? Pour l’heure, le mystère reste entier. Néanmoins, le verdict ne va pas tarder à tomber. En effet, le 2d tour se tiendra le 24 avril 2022. Pour rappel, la dernière manche de cette course à l’Élysée va se jouer entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. En 2017, leur chemin s’était déjà croisé. Malheureusement pour la candidate du Rassemblement national (RN), elle s’était ridiculisée. Cette année, c’est au tour du chef de l’Etat de se retrouver au cœur d’une polémique.

A l’évidence, l’attitude du grand favori à sa propre succession lors du débat d’entre-deux-tours n’a pas fait l’unanimité. Bon nombre de téléspectateurs s’accordent en effet à dire qu’il s’était montré « condescendant » et « méprisant ». Certains se sont même interrogés si le président-candidat n’était pas dans un état second lors de ce débat.

À lire aussi : Emmanuel Macron comparé à Hilter : le débat tendu entre Oliv Oliv et Eric Naulleau

Des téléspectateurs agacés

C’est un fait, l’ancien ministre de l’Economie a fait face à un quinquennat jonché de crises majeures. Outre le mouvement des gilets jaunes, l’arrivée de la pandémie a aussi marqué un tournant décisif au cours de son mandat. Ajoutez à cela les conséquences financières du conflit russo-ukrainien en France. Le président sortant a dû gérer tout cela et inévitablement, certaines décisions ont suscité de vives réactions des citoyens.

Malgré tout, Emmanuel Macron peut apparemment prétendre à un deuxième mandat. La preuve ? Il s’est qualifié au 2d tour. Mieux encore, l’époux de Brigitte est présenté comme le grand favori face à Marine Le Pen. En ce sens, il semblait parfaitement à l’aise, voire même trop, lors du débat d’entre-deux-tours. De plus, la bourde de la représentante du clan RN l’a visiblement mis en confiance.

Contrairement à son comportement en 2017, Marine Le Pen s’est montrée courtoise et souriante. Quant à l’actuel locataire de l’Élysée, il semblait bien décidé à mettre des bâtons dans les roues à sa rivale. En effet, il lui coupait constamment la parole. Comme si cela ne suffisait pas, l’homme politique adoptait une attitude hautaine, presque dédaigneuse. Inévitablement, il a surpris bon nombre de téléspectateurs. Pire encore, le président-candidat s’est attiré les foudres de ses concitoyens.

Le mépris des Français
Le mépris des Français – ©twitter/ @stefmilosevic
Tout sauf Macron
Tout sauf Macron – ©twitter/ @CroizerDlw
Macron arrogant
Macron arrogant – ©twitter/ @njee26

Emmanuel Macron dans un état second sur le plateau ?

Le chef de l’État a-t-il dépassé les limites lors du traditionnel débat entre les finalistes ? Pour beaucoup d’internautes, indéniablement, oui. En manquant de respect à Marine Le Pen, il aurait également bafoué la démocratie. Son attitude reflète apparemment son éventuel nouveau mandat et ses prochaines stratégies.

Il faut croire que de nombreux téléspectateurs ne s’attendaient pas à un tel comportement du président-candidat. Ils sont en effet habitués à le voir conciliant afin de soigner son image. En ce sens, certains en ont conclu qu’il n’était pas dans son état normal. Sur Twitter, ils se sont ainsi déchaînés.

Le président sortant dans un état second
Le président sortant dans un état second – ©twitter/ @IchigoPerceval
Des gestes révélateurs
Des gestes révélateurs – ©twitter/ @NNationaliste

Qui sort vainqueur ?

En 2017, Emmanuel Macron a presque fait l’unanimité dans les rangs des téléspectateurs. Cette année, la situation a un peu changé. En effet, Marine Le Pen a fait sa meilleure campagne en s’intéressant de près aux préoccupations des Français. Du coup, elle avait parlé de ses stratégies concernant le pouvoir d’achat des ménages face à l’inflation et à la flambée des prix de l’énergie. Sur ce domaine, elle fait mieux que son adversaire avec 37% contre 34%

Bien que la candidate du RN soit moins extrême qu’il y a 5 ans que ce soit sur la forme ou sur le fond, le chef de l’État est jugé plus convaincant. Autrement dit, il semble s’imposer comme le vainqueur du débat du second tour. Néanmoins, il faudra attendre le résultat des scrutins pour en avoir le cœur net.

Signaler une erreur