Société

Les téléspectateurs de Capital scandalisés par ce reportage sur une médecin qui gagne « 57 euros la minute »


Les téléspectateurs de M6 ont récemment eu l’occasion de découvrir un nouveau numéro de Capital. Dans ce reportage, les journalistes du magazine ont levé le voile sur les dépenses de l’Etat au niveau des services publics, à savoir le tribunal. En cours de l’enquête, nombreux sont les internautes qui ont été choqués de découvrir le coût d’une consultation médicale en garde à vue. Ils ont tenu à exprimer leur mécontentement sur Twitter.

« Tribunal : quel est le vrai coût de la justice ? », voilà le titre percutant du nouveau numéro de Capital diffusé sur M6 le 30 janvier 2022. En effet, le reportage présenté par Julien Courbet a abordé un sujet à la fois vaste et délicat. Les journalistes ont mené l’enquête pendant cinq mois afin de révéler aux téléspectateurs combien coûte l’interpellation d’un individu jusqu’à son jugement.

Bien que l’immersion au tribunal de Toulouse ait retenu l’attention du public, c’est un autre détail qui a fait beaucoup réagir sur la Toile. Dans l’enquête, les équipes ont suivi une généraliste lors de ses consultations médicales en garde de vue. Contre toute attente, cette dernière gagne 57,70 euros la minute.

À lire aussi : Les transporteurs, tous des escrocs ? Sept à Huit enquête sur les colis perdus à jamais

La médecin payée 57,50 euros pour une consultation qui dure moins d’une minute

A l’instar de l’hôpital ou encore de la sécurité sociale, la justice est un service public. Ainsi, les équipes de Capital se sont donné pour objectif de lever le voile sur le mystère qui entoure ce système. La raison ? « Tout le monde peut y avoir recours un jour ou l’autre », explique Pauline Jaclin, journaliste et réalisatrice de ce reportage Pauline Jaclin au micro de nos confrères de Ouest France. Du coup, les équipes se sont rendues au tribunal de Toulouse pour suivre le travail des magistrats.

C’est un fait, les analyses ADN sont devenues incontournables dans de nombreuses enquêtes. Ainsi, les collègues de Julien Courbet ont donné un début de réponse à la question : « Comment les procureurs s’y prennent-ils pour ne pas faire grimper la facture ? Car certaines dépenses pèsent de plus en plus lourd ».

Par ailleurs, le reportage a dévoilé au grand jour le déroulement d’une consultation en garde à vue. Au cours de cette immersion, la voix-off a commenté : « L’homme dans cette cellule se plaint du dos. Un rapide coup d’œil, quelques palpations : l’examen dure moins d’une minute. L’individu est apte à être entendu ».

Nos confrères précisent que la médecin a effectué quatre examens de ce type pendant cette journée. En faisant le calcul, l’Etat a « versé 150 000 euros » à cette généraliste en une année. De ce fait, « mises bout-à-bout, ces consultations médicales pèsent 12 millions d’euros sur le budget de la justice ».

Les internautes crient au scandale sur Twitter

Les élus gèrent-ils l’argent des contribuables comme leur argent ? Est-il bien dépensé ? Voilà des questions parmi tant d’autres auxquelles les équipes de Capital ont apporté des réponses. Certains téléspectateurs semblent ne pas avoir apprécié le passage de cette médecin généraliste.

Compte tenu de sa routine quotidienne dévoilée dans le reportage, on pourrait penser qu’elle a trouvé le moyen de gagner de l’argent à moindre effort. Rien n’est sûr, mais en tout cas, bon nombre d’internautes ont exprimé leur mécontentement sur Twitter. Pour certains, il est inadmissible que l’argent des contribuables soit dilapidé pour ces consultations médicales controversées.

Un internaute a notamment comparé les conditions de travail de cette généraliste à celles de ses collègues qui perçoivent un salaire dérisoire.

« Emission « Capital » une médecin généraliste examine en une minute un gardé à vue .Cette fonction lui rapporte 150 000€ par an, merci les contribuables et désolé pour les « vrais généralistes  » qui font des semaines de 60 h et plus pour des revenus nets très largement inférieurs »

Voilà de quoi faire réfléchir l’actuel locataire de l’Élysée à quelques mois du premier tour de la présidentielle. A titre d’information, la deuxième partie du reportage s’intitule : « Police : a-t-elle les moyens de nous protéger ? ». Une fois encore, les téléspectateurs sont probablement montés au créneau.

Signaler une erreur