Société

Faux pass sanitaire : que risque-t-on en falsifiant son test PCR ou certificat de vaccination ?


Depuis l'allocution présidentielle du lundi 12 juillet, de nombreux Français se ruent dans les centres de vaccination. D'autres ne souhaitent pas se faire vacciner, quitte à voir leurs déplacements et sorties restreints par le pass sanitaire. Que risquent ceux qui présenteraient de faux certificats pour contourner la loi ? Explications.

En France, le pass sanitaire est utilisé depuis le 9 juin 2021. Ce certificat disponible en version papier ou numérique permet d’accéder plus facilement aux grands rassemblements et évènements. À partir du 21 juillet 2021, il servira également de laissez-passer dans les lieux « de loisirs et de culture », a annoncé Emmanuel Macron lundi dernier.

Parmi les lieux concernés : les cinémas, les théâtres et les centres commerciaux. Dès le 1er août, ce même pass sanitaire sera exigé pour pouvoir voyager sur de longues distances et fréquenter les restaurants et les cafés.

De faux pass sanitaires vendus sur Internet

Des décisions qui ont pour but d’inciter les Français à la vaccination, dans un contexte où le variant Delta gagne du terrain. Depuis ces annonces gouvernementales, les centres de vaccination font face à une fréquentation accrue, tandis que des manifestations anti-vaccins ont lieu dans plusieurs villes de France.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes font part de leur colère et de leur détermination à ne pas se faire vacciner. Certains se disent même prêts à utiliser des moyens illicites pour contourner les mesures. Parmi ces derniers : l’achat de faux pass sanitaires. Des documents falsifiés qu’il est possible de se procureur sur Internet moyennant 200 euros en moyenne.

Certains faussaires proposeraient même de fausses attestations avec QR Code. Des documents réalisés avec la complicité de médecins, qui pour leur part risquent la radiation. Quant aux personnes tentées de présenter un faux pass sanitaire lors des contrôles, que risquent-elles ?

un pass sanitaire
Le pass sanitaire sera exigé dans les transports à partir du 1er août, pour les voyages longues distances. Crédit : depositphotos.

Présenter un faux certificat de vaccination ou un test PCR falsifié est puni par la loi

Se munir d’un pass sanitaire comprenant un faux test PCR ou un certificat de vaccination falsifié n’est pas sans risque. En effet, les contrevenants s’exposent à une amende onéreuse pouvant atteindre 45 000 euros. Celle-ci peut également être assortie d’une peine de 3 ans d’emprisonnement. À noter qu’il s’agit ici des sanctions maximales prévues par la loi.

Le risque est également sanitaire. En France, le variant Delta est désormais majoritaire dans presque tous les départements. Selon les derniers chiffres communiqués par Santé publique France, l’ensemble de la métropole est maintenant concernée par cette souche virulente. L’Institut Pasteur estime même que le variant Delta devrait représenter presque 100 % des cas positifs d’ici fin juillet. Un contexte qui fait craindre l’arrivée d’une 4e vague particulièrement redoutable.

Signaler une erreur