fbpx
Société

En gardant 400 000 euros chez lui, le Trésor Public lui confisque son argent et le condamne à payer une lourde amende

Depositphotos
Depositphotos

Savez-vous qu’au-delà d’une certaine somme, il est interdit de garder de l’argent liquide chez soi ? Cet homme l’a appris à ses dépens.

Cette histoire insolite s’est déroulée dans le département de l’Oise. À cause du fait qu’il a gardé 400 000 euros liquide dans sa maison, ce sexagénaire a tout perdu. En effet, le Trésor Public lui confisque tout son argent. Comme si cela ne suffisait pas, il a également dû payer une lourde amende. On fait le point.

Des paiements suspects à la caisse

Tout a commencé dans un supermarché Monoprix de Compiègne, dans l’Oise. Ce jour-là, le sexagénaire faisait ses courses. C’est d’ailleurs ses agissements pour le moins suspects qui lui ont attiré des ennuis.

Pour rappel, le vieil homme voulait acheter un sachet de parmesan. Pour cela, il est allé à la caisse automatique du supermarché. Il avait alors un billet de 100 euros à la main. Une fois la facture réglée, il repart néanmoins dans les rayons.

En réalité, il est parti chercher d’autres articles. Cela avant de retourner à la caisse, toujours avec des billets de 100 euros. Ce détail n’a pas échappé au dirigeant du magasin qui n’a pas attendu longtemps pour faire un signalement à la police.

À lire aussi : Oise : un éleveur condamné à payer 102 000 euros à ses voisins à cause de l’odeur de ses vaches

Des mallettes remplies de billets d’argent

Les agents de police n’ont pas mis longtemps avant d’agir. Ainsi, après avoir écouté le sexagénaire, les enquêteurs ont procédé à une perquisition de son domicile. Ils ont alors très vite trouvé deux caissettes en métal remplies d’argent.

Après avoir compté les billets d’argent, les forces de l’ordre ont trouvé près de 90 000 euros liquide. Toujours est-il que les enquêteurs n’étaient pas encore au bout de leurs surprises. Pour cause, ils ont trouvé d’autres billets d’argent.

En effet, dans une autre pièce, il y avait une mallette. En ouvrant cette dernière, les enquêteurs ont été surpris de voir 300 000 euros avec les mêmes coupures. C’est bien au-delà de ce qui est autorisé par la loi.

L’homme n’avait aucune pièce justificative

Pour rappel, la loi française autorise chaque individu sur le territoire national à avoir jusqu’à 10 000 euros en argent liquide. Au-delà de cette somme, on peut vous demander de fournir des pièces justificatives sur l’origine de l’argent.

Toujours est-il que l’homme dans la soixantaine n’a pu rien prouver de concret. Ce qui est à l’origine de son inculpation. Par ailleurs, son procès s’est déroulé ce 28 mars au tribunal correctionnel de Compiègne.

Comme l’accusé n’a pas pu prouver l’origine de cette énorme somme d’argent, il n’a pas convaincu le juge. Pourtant, le sexagénaire s’est défendu bec et ongles. Il a par exemple dit que les 300 000 et les 90 000 euros appartenaient à ses parents.

« Ils m’ont confié cet argent de peur d’être cambriolés », a-t-il expliqué.

À en croire les dires de cet habitant de l’Oise, ses parents ne portaient pas dans leur cœur les établissements bancaires. Ainsi, cacher tout cet argent à la maison leur a paru comme une évidence. Manque de pot : c’est illégal.

Le Trésor Public lui confisque son argent

Il va sans dire que comme argument, les propos du sexagénaire ne pesaient pas grand-chose. De plus, à l’issue d’une enquête sur les mouvements de compte du monsieur et de sa femme, on note des transactions suspectes entre 2021 et 2022.

Et ce, alors que le sexagénaire avait déjà en sa possession les 400 000 euros dès 2020. Interrogé sur ce sujet, le vieil homme explique qu’il aurait eu peur que les billets se périment ! Là encore, le monsieur n’a pas convaincu le juge.

Bref, compte tenu de ces faits, les autorités compétentes l’accusent de blanchiment d’argent et de fraude fiscale. Le verdict est déjà tombé et le sexagénaire écopera d’une peine de 4 ans d’emprisonnement. Quant à son argent, le Trésor Public a tout confisqué.

À lire aussi : Benjamin Castaldi à 237 km/h sur l'autoroute : la lourde amende qu'il a dû payer pour un excès de vitesse

Au sujet de l'auteur : Lenanto Edmonston

Être rédacteur n'est pas qu'une profession, mais une réelle passion. C'est dans un style simple et sympathique que je vous informe sur l'actualité et bien d'autres thématiques...