Média

USA : une pompière licenciée à cause de ses photos sur Instagram

Presley Pritchard
Presley Pritchard affirme avoir été licenciée à cause de ses tenues . Crédits : Instagram.

Presley Pritchard est une pompière licenciée en août 2019 par son employeur. La jeune femme qui exerçait dans une caserne aux Etats-Unis est adepte de fitness et poste régulièrement des clichés sur Instagram. Un licenciement injuste pour l'Américaine, qui souligne que ses homologues masculins publient des photos similaires sans être inquiétés.

Sur Instagram, Presley Pritchard est une véritable star. Suivie par plus de 250 000 abonnées, la jeune femme dévoile son quotidien. Passionnée de fitness, elle poste régulièrement des photos de ses entraînements et effectue des placements de produits. Quelques-unes de ses anciennes publications permettent de voir qu‘elle était également pompière et secouriste.

Les collègues masculins de Presley Pritchard ne supportaient pas ses photos

Une profession que Presley adorait, avant que plusieurs de ses collègues masculins ne se plaignent de ses photos sur Instagram. Certains d’entre eux ont même prévenu leur hiérarchie. Résultat : la pompière a été licenciée par l’Evergreen Fire Rescue, dans le Colorado.

Presley Pritchard
Crédits : Instagram Presley Pritchard

Le motif ? La vie personnelle et professionnelle de la pompière étaient trop liées sur les réseaux sociaux. En réalité, ce sont ses photos en uniforme de pompière qui lui ont valu d’être exclue de la profession.

Et les calendriers de pompiers ?

Pour Presley Pritchard, il s’agit d’une décision injuste puisque ses collègues masculins font de même sur les réseaux sociaux. Le 29 janvier 2020, l’Américaine était interrogée par l’édition américaine de Vice. Elle confiait avoir été réprimandée plusieurs fois par ses supérieurs en raison de ses tenues de gym.

Presley Pritchard
Crédits : Instagram Presley Pritchard

Avant de la licencier, ses supérieurs lui ont donné 5 jours pour supprimer l’ensemble de ses photos en uniforme. Mais Presley a refusé. « C’est très hypocrite. C’est nul. Les calendriers de pompiers sont monnaie courante mais si c’était des femmes, tout le monde les traiterait d’allumeuses, déplore-t-elle. Pour les mecs, c’est normal »

Au sujet de l'auteur : Cécile

Après une licence d'histoire de l'art, je me suis orientée vers le journalisme et la rédaction Web. J'ai à cœur de transmettre aux lecteurs une information claire et vérifiée, quel que soit le sujet traité.

Suivez-nous sur Google News Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.