Média

« Je me fous de l’écologie, je vais m’acheter une clim » : Sarah Saldmann dérape et nage en plein scandale


Avocate et sociétaire des Grandes Gueules sur RMC, Sarah Saldmann a tenu des propos controversés en plein direct. En effet, la chroniqueuse de l’émission a exprimé le fond de sa pensée au sujet de l’écologie. Suite à ce dérapage, la Toile s’est enflammée.

A quelques jours du premier tour des élections législatives, les candidats tentent de convaincre les Français sur le bien-fondé de leur programme respectif. Certains misent notamment sur l’augmentation du pouvoir d’achat face à l’inflation et à la hausse des prix. D’autres optent pour des projets environnementaux. De son côté, Amélie de Montchalin, la nouvelle ministre de la Transition écologique a fait part d’une recommandation pour cet été. « J’appelle les Français qui ont la climatisation à faire preuve de bon sens dans leur utilisation », a-t-elle conseillé sur Twitter.

Présente sur le plateau des Grandes Gueules sur RMC, Sarah Saldmann s’est vite emportée en commentant les propos de la ministre. Il faut dire que l’avocate a un tout autre point de vue concernant par exemple l’impact de la population sur le réchauffement climatique. Tout laisse à penser qu’elle n’a peur de rien. En effet, la sociétaire de l’émission radio n’a pas hésité à dire tout haut ce qu’elle pense. Par la même occasion, elle s’est mise à dos les fervents défenseurs de la planète.  

À lire aussi : Verbalisés pour le port d'un gilet et d'un masque jaunes sur les Champs-Elysées : « on nage en plein délire »

Sarah Saldmann dérape en direct sur RMC

Selon l’avocate, il est inadmissible que le gouvernement conseille la population en matière d’écologie. Elle semble persuadée que l’exemple devrait venir d’en haut. Pourtant, ce n’est pas le cas. En ce sens, Amélie de Montchalin n’est pas la mieux placée pour donner des recommandations. « Quand on a un gouvernement qui vient voter, pour certains, en jet privé, j’aime bien que l’on me donne ce genre de consigne », a-t-elle commencé. A titre d’information, la chroniqueuse a fait allusion au déplacement polémique de Jean Castex au 1er tour des élections présidentielles.

Continuant sur sa lancée, Sarah Saldmann a balancé :

« À titre personnel, je me fous complètement de l’écologie, ça ne m’intéresse pas. Je vois d’abord mon intérêt et éventuellement après, celui de la planète. Je vais même acheter une climatisation, elle m’y a fait penser. J’aimerais bien que ces personnes qui donnent ces conseils se les appliquent à eux-mêmes »

Bien entendu, tous les intervenants dans cette émission sur RMC ne partagent pas ce point de vue. C’est notamment le cas de Joëlle Dago-Sery qui a tenté de le recadrer sur le plateau, en vain. Après avoir provoqué la ministre de la Transition écologique, Sarah Saldmann persiste et signe. Selon ses propos, les gros pollueurs sont les politiciens et les riches. « (…) je suis assez fatiguée d’être coupable de tout, en fait (…) ma fille me fait culpabiliser en permanence. Il y a une sorte de prosélytisme qui est fait sur les enfants », déplore-t-elle.

Hugo Clément réplique

Sarah Saldmann est donc restée ferme sur sa position et à l’évidence, bon nombre de Français adhèrent à sa vision des choses. Seulement voilà, l’avocate s’est attirée les foudres des écologistes en s’attaquant au gouvernement. En effet, la sociétaire des Grandes Gueules a inconsciemment dénigré leurs efforts face aux problèmes environnementaux.

C’est l’une des raisons pour lesquelles le journaliste et activiste Hugo Clément a réagi à ce dérapage. Selon lui, la chroniqueuse a parfaitement le droit de s’exprimer à ce sujet. Le problème c’est « qu’un grand média relaie cela auprès des millions de gens à une heure de grande écoute ». Il a ainsi dénoncé « une irresponsabilité médiatique » du côté de la RMC.

@hugoclementk

Irresponsabilité médiatique de continuer à diffuser ce genre de discours, qui condamne l’humanité à un monde invivable.Au nom du « débat », on donne libre antenne à ce genre de personne sur une radio nationale. En 2022. En connaissant l’urgence et l’effondrement écologique. On est en plein dans « Don’t look up ».Le problème n’est pas qu’elle le pense ou qu’elle l’exprime, c’est son droit même si c’est affligeant, mais qu’un grand média relaie cela auprès de millions de gens.

♬ son original – Hugo Clément

Signaler une erreur