Média

Benjamin Ledig déguisé en femme voilée : la nouvelle vidéo polémique du TikTokeur


Après les nombreuses séquences polémiques, Benjamin Ledig persiste et signe. Sans surprise, l’influenceur s’en est une nouvelle fois pris à une religion monothéiste. Dans une vidéo que le jeune homme a aussitôt retirée de TikTok, il s’est déguisé en femme voilée. Voilà de quoi attiser encore plus la colère des musulmans.

A seulement 18 ans, Benjamin Ledig est devenu l’ennemi public numéro 1 sur les réseaux sociaux. N’en déplaise à ses détracteurs, c’est un jeune homme débordant d’imagination. En effet, il n’est jamais à court d’idées. Toujours en quête de buzz, le TikTokeur enchaîne les vidéos polémiques pour attirer l’attention. Malheureusement pour ses victimes, l’Alsacien a de ce fait gagné en visibilité.

Tout a commencé avec une première vidéo controversée dans laquelle il avait twerké en crop-top dans une église parisienne. Il va sans dire que la séquence a choqué et scandalisé tout le monde. Inévitablement, l’auteur de cette danse dans un lieu de culte s’est retrouvé au cœur d’une polémique. Malgré les insultes et les vives menaces, il est resté ferme sur sa position en choisissant la provocation.

@benjaminmaissecret

Avoir le pouvoir pendant 1 jour de faire tous ces choix à ma place

♬ sonido original – ࣪ ⋆ ࣪ ˖ ♡ ˖ ࣪⭑ ࣪

Benjamin Ledig vient d’ailleurs de récidiver. A l’heure où le débat autour du port du voile fait encore rage en France, l’influenceur a décidé de se déguiser en femme musulmane. A titre d’information, il s’agit de l’un des symboles religieux de l’islam. En ce sens, le vidéaste a commis un nouvel acte blasphématoire, et ce, quelques jours après sa condamnation par le tribunal judiciaire de Paris.

Benjamin Ledig grimé en femme voilée

Alors que son acolyte Queen Paul se la coule douce, le jeune Alsacien reste toujours dans le viseur des internautes. Pour rappel, le duo s’était filmé en crop-top, le ventre à l’air, dans une église. Malgré l’ampleur du scandale, le père Vivares avait dans un premier temps privilégié le dialogue. Le curé de la paroisse leur avait juste demandé de retirer leurs vidéos. En effet, il n’avait pas l’intention de porter l’affaire devant la justice.

Malheureusement, Benjamin Ledig a contraint l’ecclésiastique à déposer une main courante au commissariat. Au tribunal judiciaire de Paris, les juges ont estimé qu’il a causé un « préjudice moral » à l’homme d’Église. Du coup, il a été condamné suite à sa danse polémique dans ce lieu de culte. Toutefois, la nature de sa peine est jusqu’à présent tenue secrète.

Malgré ses démêlés avec la justice et les vives menaces de ses détracteurs, Benjamin Ledig n’en fait visiblement qu’à sa tête. La preuve ? Il a posté une autre vidéo polémique. Dans celle-ci, il s’est déguisé en femme voilée, probablement pour provoquer les musulmans. Le TikTokeur a par la suite décidé de retirer sa publication. L’utilisateur @Alex.lh a cependant pris soin de l’enregistrer avant de partager la séquence.

@alex.lh_

#collage avec @benjaminmaissecret mama no cry comme dirait ninho

♬ son original – L’anim préféré de ta soeur

Le TikTokeur agressé violemment

Outre le christianisme, Benjamin Ledig s’en est aussi pris à deux autres religions monothéistes. Mis à part la vidéo de danse sur une sourate du Coran et celle dans laquelle il utilise un exemplaire du livre sacré des musulmans comme un chiffon, il s’est aussi dévoilé avec une kippa. Il s’agit de l’un des symboles religieux du judaïsme.

Compte tenu de ses multiples provocations, certains individus auraient décidé de rendre justice eux-mêmes par la force. Depuis, la vidéo dans laquelle le supposé TikTokeur est jeté au sol avant d’être roué de coups de pied a été retiré sur Twitter. Bon nombre d’internautes sont cependant persuadés qu’il aurait orchestré lui-même cette scène.

L’Alsacien a prouvé à plusieurs reprises qu’il est plutôt versatile. Il est en effet capable de verser toutes les larmes de son corps et l’instant d’après, de poster une autre vidéo polémique. En ce sens, ce passage à tabac peut-être le fruit de son imagination débordante. Rien n’est sûr, mais en tout cas, Benjamin Ledig n’a pas fini de faire parler de lui.

Signaler une erreur