Inspirant

Elle part du restaurant sans payer avec ses 4 enfants : 10 ans plus tard, le gérant reçoit une lettre


Quelle est la probabilité qu'un ancien client parti sans payer d'un restaurant avoue ce qu'il a fait au gérant des années plus tard ? Presque nulle. Et pourtant, c'est l'histoire incroyable qu'a vécu le patron du restaurant-kebab mulhousien Le Bosphore.

Les vols au restaurant sont presque monnaie courante. Entre ceux qui trouvent le moyen d’hacker les commandes en ligne et ceux qui s’enfuient pour ne pas payer leur addition, les gérants en voient de toutes les couleurs.

La plupart des larcins restent sans suite ou passent inaperçus. Cela aurait pu être le cas pour cette mère de famille. Mais peut-être prise de remords, elle s’est manifestée 10 ans après avoir mangé sans payer au restaurant Le Bosphore à Mulhouse. Cette histoire incroyable a vite fait le tour des réseaux sociaux et des médias.

À lire aussi : Val-de-Marne : le gérant d’un bar fermé accueille des clients par la porte arrière malgré les mesures de confinement

Tout commence par une lettre d’excuse

Rares sont les restaurateurs qui se font rembourser un vol commis dans leur établissement. Les clients qui paient leur dû après avoir pris la fuite sont encore plus rares. Et pourtant, tous ne sont pas mauvais. Le 26 juillet 2020, le gérant d’un restaurant bien connu de Mulhouse, Le Bosphore, a reçu une curieuse lettre. Un homme est entré dans son restaurant pour la lui remettre de la part d’une femme qui voulait garder l’anonymat.

Guney Cokkaya, le patron de l’enseigne, a mis du temps avant d’ouvrir la lettre. Il n’avait aucune idée de ce qui l’attendait. « Je vous remets cette lettre avec 50 € pour vous rendre votre argent » pouvait-on lire. En poursuivant sa lecture, le jeune gérant réalise que la personne à l’origine de ce courrier voulait se faire pardonner. Mais de quoi exactement ?

Billet de 50 euros
© Depositphotos

Une mère de famille complètement dépassée a quitté le restaurant sans payer l’addition

« En 2010, j’avais mangé avec mes 4 enfants, je venais de sortir d’un divorce, la situation était désespérée et je suis partie sans payer ». Tels sont les propos de la mère de famille qui a refait surface une dizaine d’années plus tard. Mais pourquoi remuer cette histoire après 10 ans ? Nul n’a la réponse. La mère de famille ajoute dans sa lettre qu’elle s’est remémorée cette mésaventure récemment. D’où son geste. Et elle n’a pas manqué d’exprimer ses regrets.

lettre envoyé au restaurant Le Bosphore
© Facebook / Mourad Benzakri

Une histoire complètement méconnue à l’époque des faits

Guney Cokkaya n’était encore qu’un adolescent en 2010 et ne travaillait pas au Bosphore. L’histoire relatée par la mère de famille lui est donc complètement inconnue. Il avait seulement 13 ans. En revanche, son père gérait l’établissement à l’époque. Questionné sur le sujet par son fils, il avoue ne pas se souvenir d’une telle histoire.

Au final, aucun membre du personnel du restaurant n’a eu connaissance de ce qu’a fait la mère de famille avec ses 4 enfants. A-t-elle tenté d’expliquer sa situation et son incapacité à payer ?  S’est-elle tout simplement enfuie des lieux  sans dire un mot ? Nul ne le sait.

Une faute toute pardonnée et une histoire qui fait réfléchir

De toute histoire, on tire toujours une morale, une leçon de vie. Beaucoup chercheraient sûrement à blâmer la mère de famille en qualifiant son geste de vol. Mais pour le gérant du restaurant, la compréhension est de mise. Il n’est pas de ceux qui jugent hâtivement les gens.

Ce récit inspirant et bouleversant a été relayé sur les réseaux sociaux par un ami de Guney Cokkaya qui a la main sur le cœur. Lui-même étant à l’origine du collectif « Pour Plus Tard » qui vient en aide aux personnes démunies. D’autres histoires qui se déroulent au restaurant se terminent bien et donnent le sourire. C’est le cas de cette serveuse qui se montre aimable avec un SDF.

Signaler une erreur