Télé

Affaire conclue : les objets proposés par des vendeurs que l’émission n’accepte pas


L’émission propose à des anonymes de venir présenter des objets à des acheteurs sur France 2. À l’instar des protagonistes, les objets passent également un casting, afin de répondre à l’image de la chaîne.

On n’a pas toujours idée du travail effectué en amont de nos émissions télé préférées. Pour Affaire conclue, sur France 2 (et La Une, en Belgique), ce sont quelque 20.000 objets qui sont étudiés avant d’être sélectionnés pour la diffusion. La production engage une quinzaine de « casteurs » qui vont analyser chaque objet afin de déterminer s’il fera partie de l’émission ou pas.

À lire aussi : "Affaire conclue" : un centre de table va exploser les records ce jeudi

Un gros casting avant les enregistrements

Après avoir passé ce casting, il reste environ 4.000 pièces. Mais pourquoi les autres sont-elles refusées ? Ce n’est pas une question de goût du « casteur », mais bien une question d’image. France 2 (tout comme La Une en Belgique) est une chaîne publique, elle doit garder une image bienveillante. La première règle est donc de suivre la loi.

« Il y a une législation restrictive sur l’ivoire, donc on fait attention aux objets qui en contiennent », donne en exemple Thomas Burnichon, producteur de l’émission, à TV Mag. « Puis il y a les articles qui s’apparentaient à quelque chose qui aide à fumer. Donc on évite ce genre de choses, mais on n’est pas fermé sur les objets. Au contraire, on a envie d’être surpris. La production tente d’aller vers des choses un peu nouvelles et différentes. »

Pas d’ivoires ni d’objets « Nazis »

Le site du magazine Télé-Loisirs révélait, il y a quelque temps, que d’autres types d’objets étaient refusés par la production. Comme les pièces « Nazis » qui ont déjà plusieurs fois été proposées dans Affaire conclue. Ces objets sont immédiatement refusés. La loi l’interdit et les téléspectateurs de l’émission seraient certainement nombreux à se plaindre.

Signaler une erreur