Conso

Rentrée scolaire 2022 : la mauvaise nouvelle qui chamboule tout


Alors que certains parents se préparent déjà à la prochaine rentrée des classes, la note risque d’être salée. La faute au conflit russo-ukrainien. La hausse des prix des fournitures scolaires semble en effet inévitable. On vous en dit plus dans l'article.

Voilà déjà plus de trois mois que Vladimir Poutine et ses troupes ont envahi l’Ukraine. Alors que la Russie subit les sanctions internationales, le reste du monde gère tant bien que mal les conséquences de ce conflit. Parmi les innombrables répercussions économiques, on peut notamment citer l’augmentation des prix à la pompe. Il en est de même pour l’énergie en raison des actions européennes sur le pétrole russe. De ce fait, certains secteurs à l’instar de celui de l’emballage et de la papeterie se retrouvent en mauvaise posture. En ce sens, la hausse des prix des fournitures scolaires est à prévoir en France.

Faut-il prévoir la prochaine rentrée ? Cette question mérite d’être posée étant donné la situation économique actuelle, mais cela dépend vraiment des parents. En tout cas, certains se préparent déjà face aux pénuries et une très possible hausse des prix des fournitures scolaires. A l’évidence, le conflit russo-ukrainien a fortement impacté le pouvoir d’achat de nombreux foyers. Bon nombre d’associations ont ainsi tiré la sonnette d’alarme.

À lire aussi : Koh-Lanta 2022 chamboulé : pourquoi la prod a dû modifier le totem avant le tournage

Une inévitable hausse des prix des fournitures scolaires

Tout porte à croire que la situation économique actuelle en France devient de pire en pire. Outre la pandémie qui est loin d’être maîtrisée, les ambitions territoriales du chef de Moscou ont des conséquences jusque dans les stations-service françaises. Il faut dire que le prix des carburants fait couler beaucoup d’encre depuis l’invasion russe. Celui des fournitures scolaires semble suivre le même schéma.

Certes, la prochaine rentrée scolaire est programmée dans plusieurs mois (septembre 2022). Cependant, Oxford, le leader des cahiers scolaires a déjà fait part des difficultés de l’entreprise face à la flambée des coûts de papier. Selon les informations rapportées par RTL, une hausse des prix de ses produits de 20 à 25% en supermarché est inévitable. Il faut dire que certaines matières premières sont désormais devenues des denrées rares. A Martial Ardant, le directeur de la société d’expliquer :

« Pour fabriquer un cahier, en plus du papier, il faut de la couverture, du fil d’agrafe, un peu de colle. Le métal a très fortement augmenté, le film plastique pour entourer les palettes a plus que doublé »

Même son de cloche du côté des autres leaders dans ce secteur à l’instar de la papeterie Clairefontaine ou encore de la Papéthèque Paris V. Tous les responsables parlent de la flambée des coûts de production. De ce fait, ils n’ont d’autre choix que de répercuter « une partie de ces hausses » sur les consommateurs formés majoritairement de parents.

Vers une revalorisation de l’ARS ?

Dans le même registre, les machines utilisées pour la fabrication de certaines fournitures scolaires consomment beaucoup d’énergie. Pourtant, les pénuries s’aggravent en France. Nul doute que la situation dans laquelle se trouvent ces entreprises est alarmante. Toutefois, certaines associations s’inquiètent davantage pour les ménages français.

Après une première augmentation, le 1er mai dernier, ces associations demandent en effet une 2e revalorisation de l’allocation scolaire (ARS). Pour rappel, il s’agit d’une aide sociale pour soutenir les familles avec un enfant scolarisé ou plus et âgé de 6 à 18 ans. Ce coup de pouce du gouvernement varie entre 397,78 à 411,56 €.

Signaler une erreur