Publicité
Conso

En rupture de stock, ces baskets Lidl à 13 euros se revendent à plus de 1200 euros sur eBay

Après les robots cuiseurs et les consoles de jeux, Lidl surprend les consommateurs avec une collection d’accessoires de mode abordables. Les stocks sont déjà épuisés, les revendeurs se frottent les mains.

basket lidl tendance
D.R.
782 Partages

Publicité

Lidl continue à découvrir de nouveaux filons. Les robots cuiseurs et les promotions de PS4 ont fait un tabac. Maintenant,  la chaîne vend une collection de vêtements et d’accessoires de mode inspirée de son logo. Proposés à petit prix, les produits se vendent comme des petits pains, mais se revendent beaucoup plus cher sur internet, en particulier sur Ebay.

Lidl enchaine les bonnes idées

Lidl commercialise une collection comportant une paire de chaussettes, un tee-shirt, des mules et des baskets. Le lancement de ces produits remonte en avril dernier, l’enseigne a ciblé la Belgique et quelques pays européens.   Leur succès a dépassé toutes les espérances de la marque.

Les baskets Lidl sont en rupture de stock.
Sur le site Les baskets sont vendus à 13 euros. Photo Lidl

Proposés entre 99 centimes et 13 euros, les articles ont fait fureur en Belgique. 48 heures après l’ouverture des commandes, tous les produits ont trouvé preneur. Même constat aux Pays-Bas où les chaussures étaient seulement disponibles pendant deux heures. Apparemment, le ton rouge, jaune et bleu des sneakers a séduit les amateurs de baskets.

Publicité

Les baskets Lidl revendus à plus de 1200 euros sur eBay

La vente de cette collection n’est pas encore prévue en France. « Nous n’avons pas de prochaine date de vente prévue, mais nous transmettons en interne votre souhait de les voir dans nos supermarchés », peut-on lire sur le compte Twitter de l’entreprise de distribution.

L’attente risque d’être longue. Les commentaires sur les réseaux sociaux confirment l’engouement des Français pour les précieux sneakers Lidl. De ce fait, certains profitent de la situation afin rentabiliser leur investissement.

Publicité

La culture populaire investit la mode

Mais pourquoi de tels produits suscitent un tel enthousiasme? Eh bien, aussi incroyable que cela puisse paraître, ce phénomène est loin d’être un cas isolé. Il s’agit d’une pratique promue par Demna Gvasalia.

Le styliste géorgien a notamment organisé un défilé de mode dans un McDo parisien pour promouvoir les produits de la marque de luxe Vetements en 2019. Benjamin Simmenauer, professeur en marketing, décortique la stratégie : « Il détourne des objets de grande consommation pour les anoblir ».

Les gens commencent à revendre les baskets Lidl sur eBay à des prix exorbitants.
Certaines internautes revendent les baskets Lidl à 465 euros. Photo Lidl

Cette tendance est issue d’une mouvance vestimentaire appelée « néo-pauvre ». Comme son nom l’indique, elle consiste à mettre l’accent sur des articles simples et de qualité banale. Selon le magazine Antidote, John Galliano a lancé cette mode dans les années 90.

« Avoir l’air pauvre » pour être plus cool ?

Mais avoir l’apparence d’un « pauvre » rend-il plus cool? La réponse est négative pour la journaliste de mode Alice Pfeiffer. D’après elle, cette nouvelle tendance vestimentaire n’est rien d’autre qu’une preuve arrogante de mépris de classe, car les pièces ne sont pas accessibles à tout le monde.

Elle souligne que « Ces codes deviennent de la mode précisément au moment où ils sont récupérés. Ils n’existent que par un processus de sublimation qui passe par sa relecture. Ce n’est pas le sac Tati que veut cette clientèle, mais la citation ironique et un peu gênante de ce sac ». Il s’agit d’un sac Louis Vuitton vendu en 2007, son design était fortement inspiré d’un cabas en tartan vendu dans un célèbre marché bazar bon marché.

Signaler une erreur

Poursuivez votre lecture:


Ailleurs sur le web