Témoignages

Zone Interdite (M6) : les téléspectateurs révoltés par un reportage sur les adolescents et les réseaux sociaux


Dans ce numéro de Zone Interdite, l’équipe du magazine d’Ophélie Meunier s’intéresse aux dangers qui guettent les adolescents à l’ère d'Internet. C’est un sujet qui préoccupe énormément les parents. La raison ? Leurs enfants partagent des photos sensibles sur les réseaux sociaux. Sans surprise, ce reportage a fait beaucoup réagir les téléspectateurs.

A l’ère d’Internet, les parents semblent dépasser. De toute évidence, nombreux sont ceux qui n’arrivent plus à suivre les tendances sur la Toile. En ce sens, beaucoup d’adolescents sont exposés aux dangers des réseaux sociaux. L’objectif est de faire comme les autres. Seulement, la situation peut rapidement dégénérer pour récolter le maximum de likes et gagner plus de followers.

Pour son grand retour après un congé maternité, Ophélie Meunier a présenté un reportage inédit consacré aux adolescents et leurs activités, non sans risque, sur les réseaux sociaux. L’enquête s’intéresse notamment au quotidien d’une jeune fille devenue une star sur TikTok. Il faut dire qu’elle ne recule devant rien pour attirer plus d’internautes. Révoltés et choqués, bon nombre de fidèles de Zone Interdite ont pointé du doigt les parents qui les laissent faire.

À lire aussi : Zone Interdite : les internautes révoltés par le documentaire sur le recyclage des déchets, "Nous sommes des pigeons"

Le constat alarmant chez les adolescents

Il est bien loin le temps où les lycéens s’envoyaient des messages écrits sur papier en classe pour déclarer leur flamme. Cela n’a plus trop d’intérêt à l’heure du numérique. A l’évidence, le Smartphone a tout remplacé du réveil à la carte de localisation en passant par l’horloge à aiguilles. Ajoutez à cela les nouvelles tendances sur les réseaux sociaux qui attirent de plus en plus de jeunes. Malheureusement, bon nombre de parents n’arrivent plus à bien encadrer leurs enfants.

Dans ce reportage de Zone Interdite diffusé sur M6 le 9 janvier 2022 et consacré à des adolescents âgés de 14 à 17 ans, Ophélie Meunier et son équipe révèlent les pièges sur Internet. Actuellement, TikTok fait fureur auprès des jeunes. Cependant, le réseau social n’est pas sans danger. Bien au contraire, ils sont nombreux à tomber dans le panneau en raison de leur soif irrépressible de devenir une grande star du Web.

© Capture M6

De 6 000 à plus de 32 000 followers, Lola, une adolescente de 14 ans a presque tout fait pour attirer l’attention de plus d’internautes. Face caméra, la jeune fille a déclaré : « Je suis très féminine et très coquette aussi (…) Je pense que TikTok joue sur le fait que l’on ait envie d’être plus s*xy, plus jolie. On a envie d’être comme les autres (…) C’est vraiment devenu un concours de qui sera la plus belle, qui sera la plus bonne, qui a le plus beau cours »

Lola s’est vue censurée à plusieurs reprises par la plateforme de partage TikTok à cause de ses vidéos trop osées. Malgré tout, cela ne l’a pas dissuadé. Bien au contraire, la collégienne a fermement affirmé qu’elle va continuer à montrer son corps. De son côté, sa maman prénommée Sabrina a confié qu’elle va la surveiller afin qu’elle reste sur le bon chemin. La mère de famille n’apprécie d’ailleurs pas son maquillage et ses poses.

L’échange de « nudes » fait fureur

Désormais, tout passe sur les réseaux sociaux. Avant même de se voir en chair et en os, les adolescents s’envoient des photos très explicites. Tout porte à croire que les clichés en petite tenue ou pire encore sont devenus des preuves d’amour.

Généralement, ce sont les garçons qui demandent des « nudes » à leurs petites amies. Après la rupture, ces photos peuvent devenir un objet de chantages. Il s’agit là d’un phénomène de masse baptisé le « fisha » qui signifie « affiche » en verlan. Dans les faits, cette forme de cyberharcèlement consiste à partager ces clichés avec le nom, l’adresse et l’établissement de la victime.

Fait plus alarmant, l’équipe du magazine d’Ophélie Meunier a recueilli les témoignages de jeunes qui affirment qu’ils sont habitués à l’échange de « nudes ». La raison ? Depuis l’âge de 11 ou 12 ans, ils accèdent facilement aux sites spécialisés. Malheureusement, ces adolescents se sentent obligés de reproduire les pratiques qu’ils ont vues. Ce remarquable numéro de Zone Interdite est à découvrir en intégralité ci-dessous.

Signaler une erreur