Témoignages

Électricité : la facture de ce boulanger est passée de 450 à 1300 euros, sa décision est radicale

Électricité : la facture de ce boulanger est passée de 450 à 1300 euros, sa décision
© YouTube/@france3grandest

Nombre d’entreprises françaises peinent à survivre à cause de l'augmentation du coût de l’électricité. Ce boulanger en fait partie. Voici son témoignage.

Si certains ont mis la clé sous la porte, d’autres tentent le tout pour le tout afin de continuer les activités. Toujours est-il que la motivation ne suffit pas. En effet, avec la crise énergétique, les factures d’électricité ont brusquement augmenté. Pour ce boulanger, elles sont passées de 450 à 1300 euros. Découvrez sa décision radicale.

À lire aussi : Un compteur Linky s’affole, le couple reçoit une facture colossale d’électricité !

Un boulanger en extrême difficulté

Ce sont nos confrères de 20 Minutes qui ont rapporté la triste histoire de Julien Bernard-Regnard. Plutôt connu, le jeune homme de 32 ans est propriétaire d’une boulangerie à Bourgaltroff (un petit village en Moselle). Comme beaucoup de ses confrères boulangers, Julien a payé le lourd tribut de l’inflation. Selon son interview avec France 3, on apprend qu’au fil des mois, les coûts se sont fait ressentir. Et ce, à commencer par certains produits.

« Comme mes confrères, j’ai d’abord subi la hausse des prix des matières premières. Le beurre avait presque doublé de prix, sans parler de la farine », a-t-il déclaré.

Autant dire qu’en tant que boulanger, Julien doit faire avec, car l’artisan ne peut pas se passer de ces ingrédients. Comme si cela ne suffisait pas, en septembre 2022, le boulanger a eu des sueurs froides en découvrant sa facture d’électricité.

Sa facture d’électricité a triplé en un mois

Julien Bernard-Regnard n’en croyait pas ses yeux quand il a ouvert sa facture d’électricité. En effet, en voyant le montant total, il réalise avec stupeur que cette dernière a littéralement triplé en l’espace d’un mois.

« Ça a été un choc quand j’ai vu le montant de la facture d’électricité : 1.300 euros au lieu de 450 d’habitude ! », a-t-il raconté au micro de France 3.

Vous vous en doutez peut-être, mais le métier de boulanger exige l’utilisation de tout un tas d’appareils fonctionnant à l’électricité. C’est le cas du four, de la chambre froide, de la vitrine réfrigérée, etc. Voulant réduire sa consommation afin de continuer son activité professionnelle, Julien a fait tout ce qu’il pouvait :

« Je me suis levé deux heures plus tôt pour profiter des heures creuses au maximum. Je commençais à 2 heures au lieu de 4 heures. On a aussi arrêté les cuissons l’après-midi, on débranchait tout ce qu’on pouvait… Comme si on courait après l’énergie. »

Sa facture d’électricité ne baisse pas

Malgré tous ces efforts, le boulanger n’est pas parvenu à réduire suffisamment sa facture d’électricité. Si la consommation avait baissé un peu, le prix du kWh s’envolait de plus belle.

« Les consommations baissaient un peu mais vu que le prix du kilowattheure augmentait, ça ne changeait rien. Ma facture a dû monter à 1.400 euros je crois », s’est-il souvenu.

C’est donc à contrecœur que Julien Bernard-Regnard s’est rendu à l’évidence : il fallait baisser les charges salariales. Pour cause, il ne pouvait pas vendre ses baguettes au-delà de 1,40 euro et garder ses clients. Le boulanger a alors réduit son effectif, ce qui signifie travailler plus :

« J’ai dû licencier ma vendeuse. Je me retrouvais à faire le pain et les pâtisseries puis à les vendre. Je faisais près de 100 heures par semaine. »

La boulangerie contrainte de fermer

Malheureusement, la boulangerie et pâtisserie de Bourgaltroff n’a pas connu une fin heureuse. Comme beaucoup d’entrepreneurs, Julien Bernard-Regnard n’a pu que s’incliner face à l’augmentation des factures d’électricité. Et contrairement à beaucoup de Français, il n’a pas voulu trafiquer son compteur électrique.

« Je n’avais plus de trésorerie, ça devenait du n’importe quoi. Maintenant, je suis placé en liquidation judiciaire. Tous les documents sont chez ma comptable et je ne veux plus en entendre parler, même si je dois quand même rembourser mes dettes. », a-t-il dit, sans doute dégoûté.

Signaler une erreur