Santé

Canicule : combien de litres d’eau faut-il boire pour rester hydraté en été ?


Avec cette chaleur caniculaire, il est vivement conseillé de boire de l’eau. Cependant, attention aux excès ! Cela comporte des risques.

Cette semaine, de nombreux départements français souffrent de la canicule. Dès lors, les autorités sanitaires ont rappelé à la population l’importance d’une bonne hydratation.

Toutefois, elles mettent aussi en garde sur les dangers d’une consommation excessive d’eau. En effet, les mauvais réflexes censés protéger de la chaleur peuvent avoir des conséquences graves !

Depositphotos

À lire aussi : Accro aux sodas, Gillian buvait 28 litres de Coca Light par semaine : un événement a changé sa vie

Boire oui, mais pas trop

« Il faut boire de façon adaptée. Souvent, mais pas trop », soulignait déjà Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, l’an dernier.

En effet, l’eau de notre organisme « représente environ 60 % du poids du corps (ou 50% chez les personnes âgées) », explique Le Figaro. Et normalement, « les deux-tiers doivent se trouver à l’intérieur de nos cellules et un tiers doit être à l’extérieur ».

Aussi, une surconsommation d’eau pourrait affecter l’équilibre, provoquant différents troubles neurologiques tels que manque d’attention, somnolence voire perte de connaissance. Dans le pire des cas, la victime plonge dans le coma.

En cette période de hausse des températures, il est ainsi recommandé de boire 1,5 litre d’eau au minimum, et jusqu’à 2,5 litres par jour au maximum.

«Cela représente entre 12 et 20 verres d’eau par jour», explique le docteur Jean-Michel Cohen.

Éviter la dilution du sel dans l’organisme

Ainsi, ces problèmes seraient liés à une baisse soudaine du taux de sodium dans le sang. Appelé également « hyponatrémie », ce trouble lié à la forte chaleur toucherait particulièrement les personnes âgées et celles suivant un traitement médical.

Pendant cette période de canicule, il constituerait 25 % des consultations en urgence. Le Professeur François Braun, médecin urgentiste et président de Samu Urgences de France a notamment indiqué :

« Les hospitalisations pour hyponatrémie sont même devenues plus fréquentes que celles pour déshydratation », explique

Risques de noyade plus accrus en été

Outre la surconsommation d’eau, les baignades irréfléchies représentent un danger en été. Pour se rafraîchir, on serait tenté d’aller faire trempette au plus vite. Mais compte tenu de la différence de température dans l’atmosphère et dans l’eau, des chocs thermiques peuvent survenir !

C’est notamment ce qui expliquerait les 30 % de noyades accidentelles en plus en 2019. Et les dernières statistiques ne sont pas plus rassurantes. Car entre le 1er juin et le 4 août 2020, les urgences ont recensé 596 cas de noyade.

Certes, les chiffres ont baissé, principalement en raison de la fermeture des piscines et du climat. Mais le risque de noyade est bien réel, du moins, jusqu’à la fin de l’été.

Signaler une erreur