Santé

Arrêter de fumer grâce à la cigarette électronique ? 7 réalités à connaître sur le sevrage tabagique


De plus en plus de fumeurs ont recours à la cigarette électronique pour tenter d’arrêter de fumer. Si les résultats scientifiques manquent encore, 700.000 anciens fumeurs ont déclaré que le vapotage les a aidés pour le sevrage tabagique. Voici 7 faits à connaitre.

Le sevrage tabagique est un véritable parcours du combattant, tant le geste et les substances psychoactives contenues dans la cigarette sont addictifs. De plus en plus de fumeurs ont profité de l’émergence de la cigarette électronique pour troquer leur tige contre un kit de vapotage. On estime aujourd’hui que 49,5 % des vapoteurs réguliers sont d’anciens fumeurs.

Une étude réalisée par le médecin addictologue Philippe Arvers de l’Université de Grenoble présente au grand public  un tableau plus clair de la perception des usagers de la cigarette électronique. De cette analyse, on peut tirer sept informations essentielles qui aident à comprendre l’impact du vapotage sur le sevrage tabagique. Les données sont notamment fournies par différentes entités de référence dans le domaine de la santé en France.

À lire aussi : Cigarette électronique sans nicotine : la meilleure méthode pour arrêter définitivement de fumer ?

76,3 % des anciens fumeurs déclarent que le vapotage les a aidés

Dans un baromètre publié par Santé Publique France portant sur une étude réalisée en 2017, 76,3 % des anciens fumeurs ont déclaré que la cigarette électronique a été d’une grande aide pour arrêter le tabac. Et parmi cette population enquêtée, seuls 8,6 % ont adopté un moyen supplémentaire d’aide au sevrage.

sevrage tabagique grâce à la vape
Arrêter de fumer grâce à la cigarette électronique © Depositphotos

L’e-cigarette vue par les professionnels de la santé comme une aide au sevrage tabagique

En 2018, la SFAR ou Société française d’anesthésie-réanimation perçoit la cigarette électronique comme un coup de pouce utile pour commencer le sevrage tabagique. Ces spécialistes déclarent ainsi que le vapotage est une « aide très positive en période préopératoire ». Selon eux, le vapotage est une première étape pour arrêter définitivement de fumer.

De leur côté, la SPLF (Société de pneumologie de langue française) et la SFT (Société francophone de tabacologie) ont communément affirmé que la cigarette électronique était probablement une aide efficace pour cesser la cigarette. Néanmoins, elles ont nuancé leur déclaration en disant que le vapotage devait être une méthode transitoire. On n’a pas complètement identifié les effets négatifs de la cigarette électronique sur la santé.

Le vapotage est plus efficace que les autres substituts nicotiniques pour le sevrage tabagique

Dans une publication datant de 2021, la revue Cochrane a analysé le résultat de 56 études portant sur les fumeurs de cigarettes qui ont décidé d’arrêter. Il en résulte une plus grande facilité à arrêter le tabac grâce au vapotage avec nicotine comparé à des substituts de nicotine, comme la varénicline. Plus clairement, on remarque moins de rechutes chez les vapoteurs avec nicotine.

Le vapotage n’est pas forcément une porte d’entrée au tabagisme

Certaines associations ont décrié la cigarette électronique comme porte d’entrée au tabagisme et à la dépendance nicotinique. Cependant, des études ont démontré que cette affirmation n’est pas forcément vraie. Dans une étude américaine de 2017 publiée dans le recueil Addictive Behaviors, sur 153 étudiants qui ont adopté le vapotage exclusif, seuls 5,2 % ont basculé vers le tabagisme.

vapotage
© Depositphotos

La cigarette électronique est moins toxique que la cigarette traditionnelle

On inhale moins de substances toxiques en vapotant qu’en allumant une cigarette. En effet, la combustion du tabac produit des dizaines de substances toxiques que l’on ne retrouve pas dans la vape. En troquant la fumée contre le vapotage, on élimine notamment les particules de goudrons et  le monoxyde de carbone.

Il faut néanmoins savoir que la qualité de la cigarette électronique et du e-liquide doit être surveillée. Des cas de maladies pulmonaires ont en effet été rapportés aux États-Unis. Il s’est avéré que c’est l’huile de vitamine E associée au liquide qui a entraîné une quarantaine de disparitions. Même si la vape est moins toxique que la cigarette, il existe une limite d’âge. Voici Pourquoi la cigarette électronique est interdite au mineur ?

Les conséquences à long terme du vapotage ne sont pas encore connues

Si la moindre nocivité de l’e-cigarette a été démontrée à court terme comparée à la cigarette traditionnelle, ses impacts sur le long terme restent méconnus. Les grandes universités et les institutions spécialisées ont tout juste initié les études pour analyser les conséquences de l’inhalation des particules parfumées portées par la vapeur d’eau.

Par principe de précaution, l’OMS a demandé à tous les pays de réglementer l’accès aux cigarettes électroniques. Et ce, même dans le cadre du sevrage tabagique. En France, seules les personnes majeures ont le droit de l’acheter et de l’utiliser. Certains pays comme la Thaïlande, l’Inde et Oman ont tout simplement interdit le vapotage.

Il est vivement déconseillé de vapoter durant la grossesse

Certaines femmes qui fument s’orientent vers le vapotage comme alternative au tabagisme durant leur grossesse. Au nom du principe de précaution, il est pourtant déconseillé d’adopter cette méthode. On ne connaît pas encore les conséquences de la cigarette électronique sur le fœtus. Le mieux est de consulter un médecin addictologue. Il se chargera de prescrire la bonne alternative sans nuire à la grossesse.

La cigarette électronique offre des avantages indéniables dans l’aide au sevrage tabagique par rapport à d’autres méthodes. La conservation du geste du fumeur en fait partie. Ce n’est pas pour autant une alternative 100 % sûre.

À lire aussi :

    Pour ne rien manquer de nos actualités, abonnez-vous à notre newsletter !

    Signaler une erreur