Télé

Tex (Les Z’amours), ruiné et déprimé ? Il a tout perdu à cause d’une mauvaise « blague »

Capture France 2

Complètement dévasté, l’ancien animateur révèle être au bord de la ruine et devoir vendre ses biens immobiliers pour vivre.

Tex était l’un des animateurs français le plus en vogue ! Humoriste et présentateur, il s’est fait connaître dans l’émission La Classe et grâce à ses one-mans-shows.

Dans les années 2000, il a co-présenté ou animé de nombreuses émissions télévisées mais c’est principalement pour son titre d’animateur dans les Z’amours que beaucoup le connaissaient

Malheureusement, après 17 ans passés à présenter le célèbre jeu télévisé sur France 2, tout s’est arrêté du jour au lendemain pour Tex

À lire aussi : Les Z’Amours : une candidate révèle beaucoup trop de détails sur leur première fois

Tex (Les Z’amours) : sa mauvaise blague qui a mis fin à sa carrière

En 2017, Jean-Christophe Le Texier de son vrai nom, était invité sur le plateau «C’est que de la télé » diffusée sur C8, et c’est là que tout a dérapé. 

En effet, l’animateur a osé faire de l’humour noir sur un sujet plus que sensible. Pour rappel, il avait plaisanté au sujet des femmes battues : 

« Comme c’est un sujet super-sensible, je la tente… Les gars, vous savez ce qu’on dit à une femme qui a déjà les deux yeux au beurre noir ? Elle est terrible celle-là… On ne lui dit plus rien, on vient déjà de lui expliquer deux fois ! »

Même s’il était connu pour son humour un peu particulier, cette mauvaise blague n’est pas du tout passée. Ni auprès des téléspectateurs, ni auprès de la production des Z’amours.

Capture C8

En effet, il a été immédiatement licencié par Sony Pictures Télévision et la dernière émission Les Z’amours avec Tex a été diffusée le 31 janvier 2018. Depuis, c’est Bruno Guillon qui est en charge de l’animation du jeu pour les couples ! 

De plus, sa blague de mauvais goût a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux ! L’animateur a provoqué l’indignation générale et a reçu énormément de messages haineux sur Twitter

Il a tout perdu en cour d’appel ! 

En peu de temps, Tex a perdu son travail, sa carrière et sa réputation. Forcément, on est en droit de se demander comment on se relève après un tel « bad buzz » ! Et l’animateur de 60 ans vient de nous donner une réponse pas très rassurante…

Juste après son renvoi, Tex a tenté un procès aux prud’hommes contre son employeur de l’époque, France Télévisions. Malheureusement, le conseil des prud’hommes de Paris confirme le licenciement pour faute grave et lui accorde 46 000 € de préjudice alors qu’il réclamait 1,2 million d’euros à son ancien employeur.

Capture France 2

Estimant que c’est n’est pas assez, il décide de faire appel mais la Cour s’est prononcée en faveur de France Télévision. Sur Non-stop people il se confiait sur son humiliation publique : 

« L’échec du procès, c’est encore pire que d’être viré, parce que ceux qui te virent – pour une raison que je trouve déplorable c’est-à-dire un humoriste qui fait une blague à la télé et qu’on vire – tu ne comprends pas. Mais que le jugement d’une Cour te dit ‘non mais ils ont eu raison de vous virer et vous n’aurez rien’, c’est redoutable ».

Tex vend ses biens pour éviter la faillite 

Et la descente aux enfers n’est pas terminée ! Maintenant qu’il n’est plus le bienvenu dans le monde du show business, Tex est en train de perdre toute sa fortune

Capture Non Stop People

C’est dans l’émission « L’instant de Luxe » qu’il a finalement accepté de se confier sur ses difficultés financières : 

« J’ai tout perdu et comme un bon Breton, j’avais mis de l’argent de côté, j’avais acheté un peu des apparts et tout cela. Je pense que d’année en année, je vais revendre tout cela et vivre là-dessus »

En effet, à 60 ans, l’ancien animateur est vraiment dans une situation sans issue. Pour continuer à assurer son train de vie, il va devoir se séparer de plusieurs biens immobiliers

Humilié et trahi, il a décidé de se retirer du monde de la télé et ne plus faire confiance à personne.

« C’est redoutable ce que je vais dire, mais il ne faut compter que sur soi. Je vais reprendre la phrase de Kennedy qui disait qu’il ne faut pas attendre que l’État subvienne à tes besoins. »

Signaler une erreur