Savoir & Découverte

Une crème pour le visage vieille de 2000 ans découverte par des archéologues : son contenu analysé


En juillet 2003, des archéologues ont découvert lors de fouilles archéologiques à Londres une crème pour le visage datant d'environ 150 après J.C. Extrêmement bien conservé, le pot a même permis de mettre en évidence les empreintes de sa propriétaire.

À lire aussi : Un jeune archéologue a découvert une dague vieille de 2000 ans appartenant à un légionnaire romain dans un cimetière en Allemagne

L’incroyable découverte a été réalisée sur le site d’un temple romain dédié au dieu Mars Camulus, à Londres. Lors de fouilles menées par les archéologues de Pre-Construct Archaeology, une crème vieille de plus de 2000 ans a été retrouvée.

Une découverte aussi rare que remarquable

Ce récipient datant de l’époque romaine était scellé, mais en l’ouvrant, les archéologues ont découvert des empreintes encore présentes dans la crème. Les chercheurs ont émis plusieurs hypothèses concernant la fonction exacte du cosmétique. Il pourrait ainsi s’agir d’une pâte pour blanchir les dents ou d’un produit médicinal. La crème de couleur blanchâtre pourrait également avoir servi lors de rituels romains.

Les analyses chimiques ont toutefois orienté les hypothèses vers un produit cosmétique réservé aux plus riches. Sa fonction serait similaire à celle des fonds de teint modernes : camoufler les imperfections. La crème aurait également pu servir à blanchir la peau. À l’époque romaine, avoir la peau blanche était en effet un signe de raffinement.

« C’est un peu exceptionnel de trouver un matériau organique à l’intérieur d’un récipient fermé dans un tel état de conservation », a réagi Richard Evershed de l’université de Bristol. « Cela vous permet non seulement de caractériser les divers composants chimiques, mais aussi de les quantifier », a-t-il expliqué au Guardian. En effet, le contenu de la boîte de cosmétique était si bien conservé, que les chercheurs sont parvenus à recréer la crème avec des ingrédients frais. Que contenait-elle ?

la crème ancienne retrouvée à Londres
a) Le pot de crème datant d’environ 150 après J.C. b) La crème recrée par les chercheurs sur la base des ingrédients identifiés. Crédit : Nature.com

Quels sont les ingrédients qui composent cette crème datant de 2000 ans ?

Les analyses poussées des chercheurs ont permis d’affirmer que la crème était composée à environ 40 % d’amidon et de graisse animale. La graisse pourrait avoir été extraite d’une carcasse de chèvre ou de vache. Les spécialistes estiment que l’amidon servait à réduire la probable sensation de gras. Il s’agit d’ailleurs d’un ingrédient encore utilisé par l’industrie cosmétique actuelle pour composer les lotions corporelles ou crèmes pour les mains.

Dernier ingrédient découvert dans cette crème antique : du bioxyde d’étain ou cassitérite. De couleur grise à l’état naturel, ce composant aurait permis de colorer en blanc la crème. « Si vous mélangez l’amidon et la graisse, vous obtenez une crème pour les mains assez agréable, mais lorsque vous ajoutez l’étain, vous obtenez une crème blanche et translucide », explique Richard Evershed.

Cette découverte confirme le fait que la culture romaine était florissante à Londres. Elle ne faisait donc pas qu’impacter l’architecture, puisque les Londoniens l’avaient vraisemblablement intégrée dans bien d’autres aspects de leur vie.

Pour ne rien manquer de nos actualités, abonnez-vous à notre newsletter !

Signaler une erreur