Conso

Mere, le « Lidl russe » débarque en France avec des prix qui vont casser la concurrence !

un supermarché Mere
Le discounter Mere s'apprête à s'implanter en France. Image d'illustration.

On connaissait les supermarchés "Lidl" et "Aldi". Deux géants allemands du hard-discount qui vont être concurrencés par "Mere", prochain acteur de la grande distribution française à petits prix. Ce distributeur russe ouvrira prochainement ses portes en France et il compte bien casser les prix.

D’ici la fin de l’année 2021, Mere devrait ouvrir ses trois premiers points de vente dans 3 villes en France. Des supermarchés qui se situeraient en Auvergne-Rhône-Alpes et dans les Hauts-de-France.

Qui est « Mere », géant russe du hard discount ?

Mere appartient au groupe russe de distribution Svetofor, fondé en 2009 à Krasnoïarsk (Sibérie). Cet acteur du hard discount compte 1500 supermarchés en Russie et depuis 2015, ces magasins sont également présents en Lituanie, en Pologne, en Roumanie, mais également en Allemagne, pays d’origine du géant Lidl. Mere compte aussi quelques magasins en Espagne et prochainement en Angleterre.

Comme Lidl et Aldi, Mere traque scrupuleusement les économies à chaque stade, de l’achat aux fournisseurs à la mise en rayon. « Le magasin n’a pas d’étagère, de comptoir et de vendeur », indique Mere sur son site Internet. Les produits sont proposés sur des palettes, les supermarchés ne sont pas décorés, les allées peu soignées et les rayons proposent moins de références.

L’arrivée en France de Mere va donc concurrencer Lidl et Aldi, qui ne comptent toutefois pas se laisser faire. Depuis plusieurs mois, Lidl monte en gamme en proposant des offres plus qualitatives, toujours à petits prix. Quant à Aldi, le groupe s’apprête à racheter à Casino 547 magasins Leader Price.

Un « Lidl russe » qui promet des prix inférieurs de 10 à 20 % par rapport à ses concurrents

Pour réaliser toujours plus d’économies, Mere s’approvisionnerait auprès de fournisseurs en difficulté financière. La société pourrait ainsi négocier des prix d’achat au plus bas. Le groupe se vante d’ailleurs de proposer des tarifs « 10 à 20% plus compétitifs que ceux de la concurrence directe ». En effet, à l’étranger, le panier moyen chez Mere s’avère trois fois moins cher que chez ses concurrents allemands.

un magasin mere en roumanie
Un magasin Mere en Roumanie. Crédits : Facebook @mere.romania.

Mais à ce prix-là, la qualité est-elle au rendez-vous ? En décembre 2020, TF1 consacrait un reportage sur Mere. Si les économies étaient bien constatées, les journalistes déploraient toutefois des produits peu qualitatifs, trop gras ou trop sucrés. Autre problème : une provenance pas toujours spécifiée. Dernier inconvénient : les supermarchés Mere ne proposent que peu de références présentes dans la grande distribution française. Il faudra donc attendre l’ouverture prochaine des trois magasins Mere en France pour savoir si cet acteur russe réussit son pari.

Signaler une erreur