Tranche de vie

Il engage une femme pour le gifler à chaque fois qu’il va sur Facebook


Voilà une méthode plutôt inhabituelle, voire même brutale, mais efficace. Ce PDG d’une grande entreprise a en effet embauché une femme pour le remettre sur les bons rails. Ainsi, il a reçu une gifle à chaque fois qu’il allait sur Facebook.

A l’ère du numérique, les réseaux sociaux sont devenus incontournables. Autant dire que Facebook et consorts règnent en maître. De nos jours, cette addiction touche de plus en plus de gens et cela peut nuire à la vie personnelle et professionnelle. En effet, on passe plus de temps à regarder le fil d’actualité et à lire les messages au lieu de travailler.

L’homme d’affaires Maneesh Sethi en avait pris conscience lorsqu’il avait l’application de gestion du temps RescueTime. Selon les informations relayées par Vice, l’entrepreneur passait 19 heures par jour sur les réseaux sociaux. Plus déterminé que jamais à augmenter sa productivité, il avait mis une annonce sur Craiglist en 2012. « Giflez-moi si je dévie de ma tâche ‘pour 8 dollars de l’heure’ », avait-il fait savoir.

Ainsi, la jeune femme prénommée Kara avait pointé le bout de son nez. Sa fonction ? Lui mettre une claque à chaque fois qu’il ouvrait Facebook. Bien que la méthode soit pour le moins brutale, cela en valait la chandelle. Le fondateur et PDG de Pavlok avait en effet réussi à se défaire de cette fâcheuse habitude. Ainsi, il avait quadruplé sa productivité.

À lire aussi : Karine Le Marchand s’engage en politique ? Sa grande annonce sur Instagram

« No pain, no gain »

Au-delà des 90 minutes, le cerveau se fatigue et se disperse, rapporte Top santé. Il est d’autant plus difficile de se concentrer si l’on a une addiction aux réseaux sociaux. Eh oui, on parle bien de la procrastination, cette fâcheuse habitude à remettre au lendemain ou à temporiser. Après le résultat décevant sur RescueTime, Maneesh Sethi a décidé de prendre sa vie en main.

L’entrepreneur américano-indien avait bien cerné le problème : il n’était pas capable de travailler seul. De ce fait, il avait eu la brillante idée de mettre cette annonce. Parmi une vingtaine de candidatures qu’il avait reçues, Kara se démarquait du lot. Elle avait mis un point d’honneur à l’encourager. Selon ses propos, il avait enfin une patronne pour l’encadrer. La jeune femme avait d’ailleurs fait bien plus que ce qu’il avait demandé.

« Plus que la peur d’être giflé, c’est la présence de Kara qui m’a permis de rester concentré sur mon travail. J’avais enfin une cheffe, même de fortune, qui rendait l’expérience rafraîchissante. Elle m’a aidé non seulement en me donnant des claques, mais aussi en écoutant mes idées en temps réel »

Elon Musk réagit à la « méthode Sethi »

Depuis cette rencontre avec Kara, la productivité du PDG de Pavlok a grimpé en flèche soit 98%, rapporte NDTV. Cette année, cette fameuse séquence a d’ailleurs refait surface sur Twitter. A la surprise générale, le patron de Tesla et de SpaceX a également réagi à cette méthode plutôt singulière. En effet, Maneesh Sethi a attiré l’attention d’Elon Musk.

L’homme le plus riche du monde a réagi à ce tweet avec deux émojis de flamme. On s’imagine que cette technique inhabituelle pour augmenter la productivité l’avait impressionnée. Bien évidemment, cette réponse a néanmoins suscité la curiosité des internautes y compris le principal concerné.

En effet, l’homme d’affaires s’est demandé si Elon Musk faisait référence à Icare qui volait trop près du soleil avec ses deux émojis de flamme. Rien n’est sûr, mais l’entrepreneur de 34 ans a juste ajouté que l’avenir nous le dira. Quant à cette expérience enrichissante avec Kara, il a notamment expliqué:

« J’ai décidé de prendre le contrôle et d’arrêter de perdre du temps sur les réseaux sociaux pour le rediriger vers ce qui était important pour moi. Maintenant, je veux aider les autres à réaliser ce dont je rêvais à l’époque »

Depuis, le PDG Pavlok mise davantage sur la communication et optimise le travail en équipe. Comme quoi les méthodes plutôt radicales peuvent parfois servir à atteindre ses objectifs. Bien entendu, chacun se fera son propre avis.

Signaler une erreur