Actualités

Scandale: Intermarché vend de la viande de requin-renard, une espèce menacée et protégée


Tuer ou pêcher un animal classé vulnérable est interdit. Pourtant, les clients d’un magasin Intermarché ont pu acheter du requin-renard. L’ONG Sea Shepherd a tout de suite réagit face à cette infraction.

L’enseigne française Intermarché est de nouveau la cible de l’ONG Sea Shepherd. Un magasin de la chaîne a vendu de la chair de requin-renard. Les responsables ont fièrement exposé la tête de l’animal. Pourtant, c’est une espèce menacée et protégée. Face à la polémique, l’entreprise a immédiatement effectué une déclaration sur les réseaux sociaux.

À lire aussi : Dans le Gard, il verse du liquide vaisselle dans une cascade protégée pour faire « comme un jacuzzi »

Un acte isolé, l’enseigne respecte les réglementations en vigueur

L’Union internationale pour la conservation de la nature classe le requin-renard dans la liste des espèces « vulnérables ». Néanmoins, les clients de l’Intermarché de Pont-Audemer ont encore eu l’occasion de le voir dans les rayons poissonnerie.  Pour encourager les acheteurs, les tranches étaient en promo ! Les internautes ont tout de suite publié la photo de l’animal sur les réseaux sociaux. 

Pour désamorcer une éventuelle crise, l’enseigne a clarifié sa politique. « Nous avons immédiatement contacté ce point de vente : il s’agit d’un acte isolé. Nous tenions à rappeler que notre enseigne demande à ses points de vente de ne pas proposer à la vente d’espèce de requins menacée ».

Intermarché n’a pas tenu ses promesses

Comment expliquer la présence de cette viande dans les rayons de ce magasin ? L’ONG apporte des précisions : « la pêche au requin-renard est interdite, mais s’il est capturé par accident elle devient légale. On peut ensuite le vendre, en faire la promotion et même exposer sa tête pour qu’il puisse assurer le show au rayon poissonnerie ».

le requin renard est une espèce protégée. Credit : Wikipédia

En juillet dernier,  l’ONG Sea Shepherd a déjà critiqué l’Intermarché d’Argelès-sur-Mer pour un cas similaire. L’enseigne a déjà avancé la même explication. L’entreprise a assuré qu’elle va mettre en place un plan d’action dès le mois de septembre pour que ce genre d’incident ne se reproduise plus. Mais visiblement, ça n’a pas été le cas.

Le défenseur des animaux attend maintenant des mesures concrètes.   

Source : bfmtv

Signaler une erreur