Animaux

Méditerranée : une cinquantaine d’espèces de requin est présente dans la Mer


Il y a toujours eu des requins dans les eaux turquoise de la Méditerranée, mais ils semblent de plus en plus nombreux. Du sud de la France jusqu’au delta du Nil, une cinquantaine d’espèces qui s’est installée non loin des rives de la Méditerranée.

On a tous cette image en tête des requins tueurs des « Dents de la mer ». Et pourtant, le risque d’attaques est extrêmement faible. Depuis 2011, seulement 11 personnes ont été tuées. De quoi relativiser les choses.

La mer Méditerranée a toujours abrité de nombreux requins. Mais depuis quelque temps, ils semblent de plus en plus nombreux, attirés par les activités humaines et les déchets flottants. Si on les retrouve un peu partout dans la mer, il semble que le sud de la France soit devenu un lieu de rendez-vous branché chez ces énormes poissons.

À lire aussi : Un grand requin blanc terrorise les baigneurs en Inde

La France, la destination idéale

Il y a quelques semaines, les habitants du Cap d’Agde se sont étonnés d’apercevoir un requin-pèlerin sur leurs côtes. Cependant, aucune panique à avoir, ce requin, le deuxième plus grand après le requin-baleine, ne se nourrit que de plancton.

Un petit peu plus à l’Est, en Corse-du-Sud, c’est un requin bleu, long de 1m50, qui a été aperçu depuis la plage. Le risque d’attaque était alors plus grand, le requin se protégeant seulement s’il se sent en danger. En tout, c’est une cinquantaine d’espèces de requin qui nagent quotidiennement dans la Méditerranée.

La présence du requin blanc ?

La question que beaucoup se pose est : les requins blancs sont-ils présents dans la mer ? La réponse est oui, même si la dernière observation lors d’une pêche date de 1987. Considéré comme le requin le plus dangereux, il se diffère de son cousin par sa couleur dorsale et par sa taille, avoisinant les 8 mètres.

Cela fait une centaine d’années que les requins en colonisé nos rives. S’il est vrai qu’ils deviennent plus nombreux chaque année, il n’y a aucune crainte à avoir. C’est même plutôt un bon signe, puisque plusieurs espèces sont menacées d’extinction.

Signaler une erreur