Actualités

Emmanuel Macron giflé dans la Drôme, deux individus en garde à vue !


En déplacement à Tain-l’Hermitage, dans la Drôme, Emmanuel Macron a reçu une gifle de la part d’un individu. L’Elysée a confirmé les faits et la vidéo authentifiée a rapidement circulé sur la toile.

On parle de :

À lire aussi : Emmanuel Macron giflé : la réaction lourde de sens de Brigitte Macron

Dans le cadre de la deuxième étape de son tour de France des territoires, le président de la République était de passage dans le département de la Drôme, le 8 juin 2021. En ces lieux, il a notamment visité le lycée hôtelier de Tain-l’Hermitage. Après sa discussion avec les professionnels de la restauration, il a tenu à saluer la foule. Malheureusement, à peine arrivé devant la barrière, Emmanuel Macron a reçu une gifle de la part d’un individu. L’auteur des faits avait tout d’abord saisi son avant-bras. Puis, il a tenté de porter un coup au niveau de la joue du chef de l’Etat.

Une scène surréaliste

Etant une personne dépositaire de l’autorité publique, Emmanuel Macron ne s’attendait certainement pas à un geste aussi violent de la part d’un concitoyen. Il a en effet levé la main sur le président en hurlant : « Montjoie Saint-Denis, à bas la Macronie ». Fort heureusement, le chef de l’Etat n’a subi aucun dommage. Ses gardes du corps ont rapidement maîtrisé la personne. Au total, deux individus, dont l’auteur de la gifle, ont immédiatement été interpellés pour être entendus par les gendarmes. Malgré tout, le président de la République a par la suite continué de serrer les mains des personnes présentes. Il s’est même offert un bain de foule dans les rues de Valence.

Outragé par cet incident, le Premier ministre a commencé son discours à l’Assemblée nationale en dénonçant cette agression. Jean Castex a notamment fait appel à « un sursaut républicain ». « (…) il en va des fondements de notre démocratie », a-t-il ajouté. Quant au chef de l’Etat, il a tenu à relativiser cette mésaventure. Selon ses propos, ce n’était qu’un cas isolé. L’étape qu’il a accomplie jusqu’à maintenant prime sur tout le reste, confie-t-il au micro du Dauphiné Libéré. A ce stade de l’enquête, peu d’informations ont fuité. Néanmoins, d’après les révélations du procureur de la République à Valence, il s’agit deux Drômois âgés de 28 ans, inconnus de la justice.

En déplacement à Tain-l’Hermitage
En déplacement à Tain-l’Hermitage – ©twitter/ @EmmanuelMacron
Le chef de l'Etat s'offre un bain de foule
Le chef de l’Etat s’offre un bain de foule – ©instagram/ @emmanuelmacron

L’auteur des faits risque gros 

Il y a fort à parier que ces deux Drômois passent un long séjour derrière les barreaux. La raison ? Le préfet a rapidement déposé une plainte. En ce sens, une enquête est ouverte pour violence sans ITT (incapacité temporaire de travail) sur personne dépositaire de l’autorité publique. L’auteur des faits risque jusqu’à trois ans de prison. Selon le Code pénal, il pourrait également écoper d’une amende de 45.000 euros. Pour rappel, celui qui avait tiré la veste de Sarkozy en 2011 avait été condamné à 6 mois de prison avec sursis. Force est cependant de souligner que l’actuel président a décrit ce geste comme étant « ultraviolent ». Depuis son arrivée à l’Elysée, c’est la première fois qu’il s’est fait agresser physiquement..

Pour ne rien manquer de nos actualités, abonnez-vous à notre newsletter !

Signaler une erreur