Société

Ce nouveau radar vous flashera uniquement si vous êtes seul dans votre voiture

radar covoiturage
TF1

Le radar de covoiturage a pour but de réduire la pollution en sanctionnant les automobilistes ne respectant pas la voie dédiée à cet usage. Vous êtes seul dans votre voiture et roulez sur la voie de co-voiturage ? Attention vous serez bientôt verbalisé !

Depuis décembre 2019, l’article 39 de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) met en avant la possibilité d’utiliser des dispositifs fixes ou mobiles de contrôle automatisé pour verbaliser le non-respect par les usagers d’une voie de circulation réservée. Ainsi, le premier radar de covoiturage a vu le jour ! Son installation a eu lieu fin 2020 à Grenoble. Puis quelques semaines plus tard une seconde installation a eu lieu à Lyon. Un radar d’un nouveau genre a vu le jour ! il s’agit donc d’un appareil qui ne flashe que si vous êtes seul. Explications.

À lire aussi : Si vous êtes un conducteur de BMW, d’Audi ou de Mercedes, vous êtes plus narcissique et désagréable que les autres

Les voies de covoiturage

Avec, pour objectif de connaître une baisse de 40 % des émissions de gaz à effets de serre d’ici à 2030, la convention citoyenne pour le climat avait proposé de généraliser les aménagements de voies réservées aux véhicules partagés et celles aux transports collectifs sur les autoroutes et voies rapides.

En France, des voies pour l’usage du covoiturage et de certaines catégories de véhicules (VR2+) ont été mises en service en 2020. Elles sont sur des axes structurants menant à de grandes métropoles.

Ainsi, cette voie permet d’augmenter le nombre de personnes transportées, sans augmenter le nombre de véhicules.

Pour mémoire, comme l’explique le site des autoroutes APRR, ces portions de route sont pour l’usage des automobilistes suivants :

  • Les véhicules ayant au moins deux occupants à bord (un couple, un parent et un enfant, deux collaborateurs, deux covoitureurs…)
  • Les véhicules à très faibles émissions, détenteurs d’une vignette Crit’Air zéro émission et qui sont 100% électriques ou hydrogène, peu importe le nombre de personnes à bord 
  • Les taxis, même s’ils sont vides 
  • Les motos, si elles transportent deux personnes 

D’où l’installation de ce radar qui flashe les personnes seules dans leur véhicule mais qui roule tout de même sur la voie de covoiturage.

A ce jour, cinq de ces radars ont fait l’objet d’une installation :

  • A48 à Grenoble,
  • M7 au sud de Lyon
  • M6 au nord de Lyon
  • Les deux derniers sont sur la D3508, au nord d’Annecy

Comment marche ce radar ?

Ce radar qui flashera lorsque vous serez seul dans votre voiture sur une voie de covoiturage a fait l’objet d’un reportage dans le journal de 13 heures sur TF1 ce vendredi 25 novembre 2022. « Dans l’actualité également : des radars toujours plus sophistiqués sur nos routes. Ils sont maintenant capables de repérer combien nous sommes dans nos voitures. À Grenoble, à Lyon et bientôt Annecy, cela sert à faire respecter les voies qui sont réservées au covoiturage et il va y en avoir de plus en plus« , annonçait Marie-Sophie Lacarrau.

Introduits progressivement jusqu’en 2025 sur les grands axes routiers des métropoles françaises, les radars de covoiturage, qui ont pour but de réduire la pollution, flasheront les automobilistes ne respectant pas la voie de covoiturage.

Pour indiquer aux usagers de la route que la voie se destine à la mobilité verte, vous verrez un losange blanc sur un panneau qui se trouve sur la voie la plus à gauche des grands axes routiers français depuis deux ans. 

Du dimanche soir au vendredi soir, ce losange indique aux automobilistes seuls que cette voie est réservée au covoiturage, aux transports en commun et aux véhicules Crit’Air zéro. 

Donc, ce nouveau radar détecte le covoiturage au moyen de deux caméras à hauteur de la vitre du conducteur. Capables de connaître les températures corporelles à l’intérieur du véhicule ces caméras comptent tout simplement le nombre de passagers se trouvant dans la voiture.

La première caméra vise l’habitacle et relève la plaque d’immatriculation. La seconde prend des photos et compte ainsi les occupants de la voiture. Notons que ces caméras floutent les photos automatiquement.

Le radar reconnaît également le type de véhicule : taxi, véhicule Crit’Air zéro ou transport en commun. 

Et en cas de non-respect ?

Vous risquez 135 euros d’amende en cas de non-respect. Actuellement, ces radars ne verbalisent pas encore, ils informent seulement de l’infraction. Pour l’instant si votre plaque se fait flasher, vous ne recevrez aucun PV… Sauf si des agents effectuent un contrôle physique.

« On peut être verbalisé plusieurs jours par semaine. Les CRS font des contrôles. Mais comme ce sont des contrôles physiques, ils arrivent à en faire trois ou quatre par jour maximum. Il n’y a pas beaucoup de verbalisations bien évidemment », explique Jean-Charles Kohlhaas, vice-président (EELV) de la métropole de Lyon en charge des déplacements, des intermodalités et de la logistique urbaine. 

Mais les choses devraient bientôt changer. « L’Etat devrait déployer une nouvelle formule de ses radars qui sanctionneront de la même façon que les excès de vitesse. Sur la métropole de Lyon, l’objectif est de 25 000 voitures en moins sur les axes concernés« , a expliqué Octavie Couchard, l’envoyée spéciale du journal de Marie-Sophie Lacarrau.

Signaler une erreur