Société

A quand un retour à la normale ? Ce qu’en disent les scientifiques


Alors que la menace d'un 3e confinement ne cesse de peser sur les esprits, les Français sont nombreux à se poser la question : à quand un retour à la normale ? Voici ce qu'estiment les scientifiques. Découvrez dans la vidéo en haut de page.

Ce jeudi 04 février 2021, le Premier ministre prendra à nouveau la parole lors d’une conférence de presse. Un point très attendu par les Français, comme chaque prise de parole de l’exécutif depuis le début de l’épidémie. Si les téléspectateurs craignent l’annonce de mesures radicales, tous espèrent de bonnes nouvelles en ce qui concerne la progression du virus.

Va-t-on vers un abaissement des chiffres ? La courbe des contaminations va-t-elle enfin fléchir ? La vaccination démontrera-t-elle ses effets rapidement ? Voici ce qu’en disent les scientifiques.

L’immunité mondiale ne sera pas atteinte cette année, prévient l’OMS

En France, la campagne de vaccination a débuté pour les plus fragiles. Le calendrier vaccinal semble prendre du retard, mais il devrait bien se poursuivre en s’ouvrant progressivement à l’ensemble de la population. Lorsqu’une majorité de Français sera vaccinée, le virus ne sera-t-il plus qu’un mauvais souvenir ?

La semaine dernière, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a quelque peu douché les espoirs en déclarant que le monde entier n’attendrait pas l’immunité collective en 2021. Mais alors, quand ? Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, tient à avertir : « trois mois difficiles à tenir » sont encore à tenir. Toutefois, la situation devrait s’améliorer dès cet été, estime-t-il dans le Le Journal du Dimanche.

Les Français accepteront-ils de se faire vacciner ?

Le vaccin devrait donc permettre à la France de respirer un peu en faisant baisser les admissions à l’hôpital. Pour cela, il faudrait que « la totalité de la population française » soit vaccinée « à la fin du mois d’août », comme l’espère Olivier Véran. Le calendrier vaccinal prévu par le ministre de la Santé prévoit en effet que « 43 millions » de citoyens soient protégés « à la fin du mois de juin », « 57 millions à la fin du mois de juillet et 70 millions ».

Pour le professeur Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique, un retour à la normale peut être espéré en 2021. Pour cela, il faudrait a minima que la moitié de la population française soit vaccinée contre le virus, explique-t-il à France Inter. Une interrogation demeure : tous les Français accepteront-ils de se faire vacciner ?

La propagation des variants peut-elle retarder le retour à la normale ?

Si le calendrier vaccinal prévu par le gouvernement est bien respecté, alors la fin de l’été pourrait correspondre avec une baisse sensible des cas positifs. Malheureusement, les autorités vont également devoir composer avec l’apparition de variants, dont la souche britannique. L’urgentiste Patrick Pelloux confiait d’ailleurs sa crainte à ce sujet, en jugeant probable l’apparition d’un « mutant français ».

Pour l’heure, c’est surtout le variant anglais qui préoccupe les autorités sanitaires. En effet, difficile d’estimer avec certitude l’effet du vaccin contre cette souche venue d’outre-Manche. « Lorsqu’on trouvera un variant, il faudra faire évoluer le vaccin, pour lui permettre d’être efficace de façon plus large », explique à FranceInfo le Professeur Jean-Michel Pawlotsky. Face à la virulence de ce variant et de probables autres « mutants », le gouvernement n’exclut pas de reconfiner les Français.

Signaler une erreur